Petit retour matos suite à mon expérience sur la West Highland Way

Glencoe

Pour ne pas polluer mon compte rendu de mon expérience de l’intégrale de la West Highland Way et mon petit point sur le camping sur la West Highland Way, voici un petit article à part avec  quelques  notes rapides sur le matos WHW utilisé.

Chaussures.

Presque tous les randonneurs croisés sur la West Highland Way utilisent des chaussures de randonnée à tige haute mais moi, venant du monde du trail, je préfère les tiges basses. J’ai randonné sur la Rota Vicentina avec les Mizuno Wave Kien mais elles sont mortes maintenant et une semaine avant le départ j’ai acheté des Salomon xa pro 3d gtx. Pour la randonnée on conseille souvent ces chaussures dans leur version Gore-Tex mais je dois reconnaître que je ne suis pas du tout convaincu. Dans mes XA Pro GTX j’ai beaucoup transpiré et les pieds sèchent moins vite qu’avec des chaussures non Gore Tex. Je suis par ailleurs habitué à mettre mes pieds dans l’eau et à continuer de courir et je trouve que des chaussures non étanche mais bien respirantes permettent aux pieds de sécher finalement assez rapidement et je crois que c’est bien mieux. Par contre pour randonner la relative rigidité de la semelle des Salomon XA pro 3D est bien agréable.

Sac de couchage

Je n’aurais absolument pas cru que je puisse avoir froid avec mon superbe sac de couchage Millet LTK 800 qui permet d’aller s’amuser sur The Spine mais je dois reconnaître que j’ai un peu caillé lors de notre première nuit en camping au Beinglas Campsite Farm à Inveraman en plein mois de mai. Le conseil final est que même pour une randonnée en mai, un sac de couchage avec une température de confort de 0° est un must si vous comptez camper lors de votre randonnée. Un couple de français rencontrés sur le chemin et aussi une jeune randonneuse qui s’est acheté un nouveau sac de couchage après sa première nuit sur le chemin pourraient facilement confirmer ce conseil.

Tente

Bon ben bien sur, une tente ultra légère c’est mieux quand on doit la porter sur son dos pendant toute la randonnée. Sur ce point il est possible d’alléger son sac radicalement en le faisant porter par une des nombreuses compagnies qui proposent du portage de sac sur la WHW mais pour moi il est économiquement et moralement préférable d’investir dans une tente UL et de partir en complète autonomie pour profiter du grand truc incroyable de la randonnée : le camping sauvage et le sentiment de liberté.

Nous on est parti avec la MSR Hubba Hubba NX et si c’était à refaire on n’en prendrait pas une autre même si ses qualités auto-portantes ne sont pas discriminantes sur la WHW. Un  point faible de la Hubba Hubba NX est que le mesh de la tente intérieure descend très bas et en cas de vent fort il peut y avoir des courants d’air fort désagréables au niveau des dormeurs. C’est particulièrement vrai au niveau des ouvertures à la tête et au pieds des dormeurs.

Couche chaude en mérinos

Ça fait déjà quelques années que je suis convaincu que les maillots en Mérinos c’est ce qu’il y a de mieux comme première couche en trail mais pour cette West Highland Way j’ai voulu tester une caractéristique bien connue des maillots en mérinos : ils ne puent pas après plusieurs semaines d’utilisation  sans lavage.

Résultat des courses : c’est bien vrai. On est loin des maillots en polyester qui se mettent à puer avant la fin de leur première journée. Même après 10 jours d’utilisation presque 24h/24 je n’ai pas eu peur de prendre l’avion du retour avec ce même maillot.

Pantalon étanche

Je n’en ai pas pris et n’en ai pas eu besoin mais peut-être qu j’ai eu de la chance car même au mois de mai il peut pleuvoir en écosse. Je vous recommande de prendre le pantalon étanche le plus léger possible pour ne pas vous alourdir trop. Par exemple mon pantalon Gore-Tex Eider Target est un peu lourd avec ses 340 grammes.

Protection de sac à dos.

C’est encore un truc que je n’ai pas emporté et il faut dire aussi que je n’en ai pas mais presque tous les randonneurs rencontrés sous la pluie le dernier jour avaient recouvert leur sac à dos d’une protection contre les intempéries. Mon approche est plutôt d’utiliser des sacs étanche dans le sac à dos du genre Sea to Summit mais un para pluie de sac à dos ça ne doit pas peser bien lourd et j’imagine que ça peut souvent servir en Écosse.

Bâtons

Beaucoup de randonneurs utilisent des bâtons sur la WHW mais moi qui n’en utilisent presque jamais et qui a même finit la TDS sans bâtons je suis parti sans et je ne le regrette pas. On peut considérer qu’il n’y a pas trop de dénivelé sur la West Highland Way et pou moi les bâtons sont vraiment inutiles.

Crème solaire

Ça doit vous paraître complètement idiot ce conseil mais si votre peau est fragile je vous recommande fortement de ne pas l’oublier si vous avez la chance de rencontrer un aussi beau temps que nous sur la WHW.

Cartouches de gaz.

Si vous partez avec un réchaud à gaz qui prend des cartouches de 100 grammes comme le réchaud Primus Lite+, sachez qu’il n’est pas facile de trouver des cartouches de gaz 100 grammes à vis en Écosse. Dans une épicerie de Drymen assez bien achalandée on a trouvé une cartouche de gaz de 230 grammes qui ne rentre pas dans le pot du réchaud Primus mais qui nous aura quand même permis de nous faire nos thés et nos cafés au bivouac. Le dernier jours, on est tombé sur ce type de cartouche au magasin TIVO du centre de Glasgow, c’est bête, on y était passé tout près 10 jours avant.

Midges repellent

Début mai on n’est pas censé être confronté aux midges sur la WHW mais j’ai eu la chance d’y être confronté en démontant ma tente à Kinlochleven et je peut vous assurer que c’est vraiment épouvantable. Je n’ai jamais testé de midges repellent mais je crois que les meilleurs doivent certainement se trouver sur place. Il se pourrait que les protections physiques soient les plus efficaces, pensez à prendre au moins un maillot à manches longues, un pantalon, des gants fins et là bas vous pourrez vous acheter un chapeau du genre apiculteur avec un voile qui vous permettra de résister à ces bestioles monstrueuses.

Power Bank

Je prend des photos avec mon smartphone et je m’en sert aussi avec l’application Locus pour trouver mon chemin et enregistrer ma progression et donc la question de la recharge de tout ces accessoires devient cruciale dans notre société qui fonce vers sa perte avec mon genre de comportement mais bon. Je recommande de partir avec au moins une power bank de 10.000 mAh. Pour moi ça aura été une X Move Solargo pocket 10.000 qui peut être rechargée par l’énergie solaire (fonction du type gadget inutile, je ne recommande pas).

N’oubliez pas votre chargeur pour ces appareils et n’oubliez pas non plus qu’au royaume-uni ils utilisent des prises différentes de celles qu’on trouve sur le continent. Une astuce est de trouver un magasin « tout à £1 » et d’y acheter un chargeur mural. Une autre est de partir avec un adaptateur et son chargeur habituel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *