[Test] Frontale Petzl Tikka R+

Lampe frontale Tikka R+ de Petzl
Lampe frontale Tikka R+ de Petzl

Après avoir déjà testé la frontale Petzl Tikka XP 2, voici le test de la R+, plus de 2 fois plus puissante (170 lumens contre 80 lumens)

J’envisageais de m’acheter une lampe frontale pour des trails sérieux avec une ou plusieurs nuits à passer sur les chemins et mon choix ne s’était pas porté sur la Tikka R+ mais sur la Petzl Nao mais comme on me l’a offerte sans que je ne demande rien, voici un petit compte rendu de mes tests.

Principales caractéristiques de la Tikka R+ de Petzl.

  • Portée max théorique de 65m à 170 lumen (autonomie de 3h30 dans ce cas)
  • Reactive Lighting Technologie : la puissance et la forme de l’éclairage s’adaptent automatiquement aux conditions d’utilisation.
  • Autonomie maximale de 12h (70 lumens) en mode réactive lightning.
  • Autonomie de 6h en mode standard (130 lumens max)
  • Batteries Li-Ion rechargeables par port USB
  • Water resistant IP X4
  • Poids 115 grammes (50% plus lourd que la XP 2 qui pèse 88 grammes)
  • Les programmes par défaut (couple autonomie / puissance) peuvent être paramétrés grâce au logiciel « OS by Petzl ». Apparemment des programmes spécifiques à certaines activités (vélo, bivouac, trail, randonnée…) sont aussi proposés. Évidemment cela ne fonctionne pas sous Linux donc je ne sais pas si je vais tester.
  • Les batteries Li-Ion sont beaucoup plus performantes que les piles par temps très froid.

Notes de déballage.

  • Semble effectivement beaucoup plus lourde que la XP 2.
  • Sangle soignée avec une revêtement du genre micro fibre éponge à l’intérieur.
  • Pas de sangle qui passe au dessus de la tête mais dédoublement de la sangle à l’arrière de la tête (ne se dédouble pas vraiment sur la mienne à cause de ses 61/62 cm de circonférence).
  • Petite languette de plastique à retirer avant de pouvoir commencer la charge.
  • Il est recommandé de charger complètement la batterie avant la première utilisation.
  • Prise USB standard (type smartphone) pour le chargement.
  • Plastique qui a l’air de meilleure qualité que celui de la XP 2.
  • Un système de radiateur passif et de circuit de ventilation permet de refroidir la lampe. Ça doit chauffer à pleine puissance.
  • Pas de système « mécanique » pour passer de faisceau concentré à faisceau large.
  • Pas de sifflet dans la sangle comme avec la Xp 2. Heureusement j’aurais toujours éventuellement celui de mon sac d’hydratation Salomon Skin Pro.

Mon avis sur la Tikka R+

Si vous voulez connaitre mon avis avant de lire mon test, le voici résumé avec les points forts et faible que je considère.

Point forts

  • Bonne qualité de construction.
  • Rechargeable par USB avec prise non propriétaire.
  • Pas de variation de l’intensité d’éclairage tant que la batterie n’est pas complètement déchargée.

Point faibles

  • Grosse déception pour moi d’avoir appris que les batteries Li-Ion perdaient « naturellement » 10% de leurs puissance par an. Je m’attendais à une batterie quasiment éternelle.
  • Système de fixation un peu limite pour les grosses têtes.
  • On s’y perd dans les 2 boutons, pas possible de savoir où on en est dans toutes les combinaisons de programmes différents.
  • Très peu de possibilité de paramétrage en fait avec le fameux OS by Petzl.

Trucs qui pourraient être améliorés.

  • Mettre un catadioptre sur l’arrière de la tête pour être mieux vu des voitures le cas échéant.

 Mes tests de la Tikka R+

Test de l’autonomie.

Comme je n’ai pas de trail nocturne en vue, j’ai commencé par un test de l’autonomie. J’ai rechargé la batterie à fond et j’ai mis la lampe en mode Constant à pleine puissance. D’après la documentation de Petzl, la lampe éclaire à 120 lumens dans cette situation pendant 3h30.

Mon test indique un éclairage apparemment constant pendant 3h15 minutes. Ce n’est pas loin de la spécification du constructeur.

A la fin l’intensité baisse tout d’un coup (c’est impressionnant) et la lampe passe en mode réserve pendant 1h25 (je n’ai pas testé cette durée). Ce mode permet de se déplacer facilement dans une maison mais sans doute pas de courir dans la montagne…

Test sur le terrain.

Je reviens sur cet article plusieurs mois après l’avoir commencé. Entre 2 j’ai trimballé la Tikka R+ sur pas mal de trail nocturnes avec en particulier, The 12 Labours Of Hercule, les Templiers 100km, l’Origole et aussi aux entrainements hebdo de mon club de trail en nocturne depuis le changement d’heure. Je n’ai pas de compte précis mais le test se passe en centaines d’heure d’utilisation.

Voici donc quelques remarques après toutes ces heures d’utilisation.

  • Le réactive lighting est très chiant à l’usage. On ne peut pas courir vite avec lui. Dès qu’il y a quelque chose de réfléchissant dans le paysage (marque 3M sur les chaussures où le short du gars qui est devant vous, rubalise réfléchissante…) la lumière s’éteint car la frontale passe en mode éco. Très embarrassant aussi quand il fait froid et que la respiration envoie un nuage de vapeur dans le rayon lumineux : baisse instantanée de la lumière. Le seul avantage du truc est que dans les montées ça économise beaucoup la batterie.
  • En mode réactive lighting on est très vite perdu entre les modes. En fait on ne sais jamais si on est en mode économique normal ou puissance max. Il faut apprendre par cœur le manuel avant de partir et c’est pas pratique du tout.
  • Résultat le mode Reactive Lighting est intéressant pour les longues sorties quand on veut économiser la batterie ou dans les montées quand on n’a pas trop besoin de la lumière. Quasiment à proscrire dans les descentes rapides où quand on veut aller vite.
  • Sur le terrain les options sont trop nombreuses et trop compliquées pour moi. Pour d’autres il se peu que ce ne soit pas un problème mais retenir toutes les combinaisons de paramétrages accessibles par des pressions sur les 2 boutons de commande, c’est hors de ma portée. En course on a d’autres choses à faire que de s’arrêter sur le bord de la route pour changer le mode d’éclairage de le frontale.
  • Le faisceau lumineux est assez large mais on est souvent obligé de faire des compromis au niveau de la « profondeur » d’éclairage. On doit choisir entre voir devant pour bien anticiper mais sans voir ses pieds et mettre la lumière au bord des pied mais dans ce cas sans pouvoir rien voir devant.  Vous voyez ce que je veux dire ? Pas terrible pour des sorties de club par exemple où on cherche à aller le plus vite possible et où un bon éclairage est vraiment appréciable.
  • La qualité de la lumière est moyenne. Le faisceau lumineux de la Tikka n’est pas parfaitement homogène. Un éclairage plus égal est possible.
  • L’autonomie est incontestable. Pour l’Origole (départ à 22h, lever du soleil à 8h donc 10 heures de noir total) j’avais prévu une batterie supplémentaire (et même une vieille Myo Xp pour éclairer le changement de batterie) mais je n’en ai pas eu besoin. Je ne sais pas trop quel mode j’ai utilisé (réactive, constant, max, normal, éco…) mais la batterie a tenu le choc. Très étonnant pour une si petite batterie.
  • La  batterie de rechange coute 20 euros. Elle est livrée avec un petit câble de recharge USB bien pratique car très court. de mon point de vue ce n’est pas du vol.
  • Le bandeau est définitivement trop étroit pour ma tête. Il faut dire que j’ai un tour de tête du genre Einstein (61 ou 62 cm) et que même à fond la frontale me donne l’impression de me serrer le front. Cette impression est très désagréable après des heures de course. Maintenant, même à l’entrainement j’ai vite mal à la tête à cause du bandeau. Le fait que tout le poids soit à l’avant donne envie de bien stabiliser la frontale en serrant le bandeau et c’est une erreur.

Mode d’emploi de la frontale Tikka R+ de Petzl.

  • Une pression de 2 secondes sur le bouton du haut allume la lampe.
  • Une première pression sur le bouton latéral la fait passer en mode « éclairage constant », une deuxième en rouge et une troisième fait repasser en éclairage réactif.
  • Le bouton du haut permet de permuter entre les 3 modes autonomie maximale, standard ou puissance maximale.
  • 2 pressions sur le bouton du haut font passer la lampe en puissance hyper maximale (boost).

Allumer éteindre, sélectionner.

  • La Tikka R+ se rallume systématiquement en mode « réactive lighting » (sauf si on l’a éteinte en mode d’éclairage rouge).
  • Le passage de réactif à constant passe automatiquement la lampe en mode « économie d’énergie maximale »
  • En mode « réactif », la transition entre les mode (autonomie max, puissance max, normale) s’accompagne d’un flash lumineux.
  • Quand vous entrez dans une zone fortement éclairée, la lampe va émettre un faible clignotement pendant 2 minutes puis s’éteindre automatiquement.
  • Si vous appuyez sur un des boutons lorsque la lampe est éteinte, la lampe rouge s’allume.

Performance et autonomie.

  • Avec la technologie « constant lighting » la puissance d’éclairage ne varie pas avec le déchargement de la batterie (contrairement aux frontales plus classiques comme la Xp 2)
  • La technologie « reactive lighting » fait varie la puissance et la forme du faisceau lumineux en garantissant au minimum l’autonomie sélectionnée (de 3h30 à 12h selon le mode).

Notes sur la batterie rechargeable.

  • La batterie Li-Ion est d’une puissance de 1800 mAh.
  • Ce type de batterie perdent environ 10% de leur capacité par an. Après 300 cycles de charge / décharge, il leur reste environ 70% de leur capacité initiale.
  • La référence de la batterie de rechange est E92200 chez Petzl. Au début 2014, on la trouve à environ 20 euros sur Internet.
  • Le temps de charge complète normal (USB 5V) est de 5 heures.
  • Une diode verte (sur le coté de la frontale) s’allume en clignotant pendant la charge et cesse de clignoter quand la charge est complète. La diiode passe au rouge en cas de problème.
  • La diode sert de jauge d’énergie au démarrage de la lampe. Vert pour 66% à 100% de charge, orange pour 33% à 66% et rouge si moins de 33%.

 

 

 

Note finale sur le packaging et sur l’argument écologique.

Une partie de la boite est en fécule de pomme de terre. C’est recyclable d’après Petzl mais je vais sans doute préférer allumer le feu avec car je suis du genre à hésiter à mettre les épluchures de légumes au compost si ces derniers ne sont pas bio.

Pour quelqu’un de vraiment sensible à l’écologie, le mieux c’est encore de dormir la nuit, de s’éclairer à la bougie, de ne courir que le jour et de ne surtout pas acheter ce genre de gadgets très polluant (je voudrais bien savoir d’où vient le fameux Li-Ion de la batterie et s’il est recyclable lui).

Cela dit le système de batterie rechargeable est probablement plutôt meilleur que celui des piles alcalines que l’on change à chaque course pour être sûr de démarrer avec la puissance et l’autonomie maximale…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *