The Pose method

La méthode Pose est une méthode qui permet (entre autre) de modifier sa foulée de manière à éviter d’atterrir sur le talon et à plus utiliser l’avant du pied.

Voici une petite vidéo présentant un coureur avant et après 2 heures d’initiation à cette méthode :

Si vous avez du mal avec l’anglais je vous ai préparé un petit glossaire avec les traductions des principaux mots rencontrés dans ce type de texte.

Traduction maison du texte final.

Après l’entraînement (2:04 sur la vidéo).

Bien joué, vous vous êtes bien amélioré. Vous êtes en mesure d’utiliser très bien la gravité. Vous dirigez vos mouvement avec le poids de votre corps (vos hanches). C’est bien.

Votre atterrissage est bien plus près du corps, il y a ainsi moins de mouvement de freinage. Les muscles de vos tibias, quadriceps et genoux vont adorer cela, car cela vous met dans une bien meilleure position pour amortir l’impact de l’atterrissage.

Vous présentez une meilleure posture (vos hanches, épaules et pieds sont bien alignés) et la hanche de soutien est bien stabilisée (moins d’inclinaison).

Vous passez moins de temps sur vos appuis (avec une cadence d’au moins 180 foulées par minute), ce qui vous permet de bénéficier de l’énergie de retournée par les tissus souples accumulée (grâce à la force de la gravité) lors de l’impact.

Les choses les plus importantes à travailler.

Pour l’instant (juste après l’entraînement) votre angle d’inclinaison (degré de chute) dépasse votre capacité à tirer (direction et timing). C’est pourquoi vous devez précipiter votre jambe ballante en avant, pour atterrir sur votre pied à temps pour ne pas vous casser la figure. Essayez de ralentir un peu et de développer vos compétences avant d’essayer d’aller vite (heading off too fast – traduction sgdg).

La direction de traction de votre cheville est vers l’arrière, au lieu de pousser vers la hanche. Donnez la possibilité à votre cuisse (genou) d’aller vers l’avant pendant que le bas de la jambe se replie derrière la jambe du haut. Ne vous retenez pas, relaxez vous. Votre vitesse va déterminer la hauteur atteinte par votre cheville (« pinging up » SGDG). Aussi il ne faut pas pousser vers la hanche, mais juste quitter le sol, le sens est ce qui est important.

Votre traction est tardive, c’est à cause de à cause du temps que vous prenez à pousser. Vous ne pouvez pas tirer sur une jambe qui est occupée à pousser. Donc ne tirez pas !

Par ailleurs

  • Ne précipitez pas votre pied sur le sol. Laissez votre pied tomber tout seul. N’anticipez pas l’atterrissage en pointant vos orteils et votre pied vers le haut (flexion dorsale) ou/et en déployant le bas de votre jambe. Écoutez le son de votre foulée, atterrissez doucement et en silence
  • Travaillez en profondeur (« on core » SGDG), les hanches, le bas des jambes et la force des pieds de manière à ce que vous puissiez prolonger la posture (form) pendant longtemps ou loin.

Bonne chance

 

Bon, cette vidéo a été assez pénible à traduire, j’espère que vous allez vous y retrouver (les images sont assez explicites) et on en reparle si vous voulez.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *