Ode à StatsHunters

Oh toi StatsHunters qui nous fait vagabonder au confins du monde connu, tu ne peut pas savoir tous les univers auxquels tu nous ouvres.

Me voilà dans une zone industrielle glauquissime, je me dis que ceux qui chassent les carrés en vélos sont plus chanceux que moi, qui ne le fait qu’à pieds. Je maudit Ben qui a ouvert cette boite de pandore.

Me voilà explorateur de terrains inconnus, Christophe Colomb découvrant l’Amérique, je découvre le pays de Mortagne, ça rime avec cocagne, là où tout est verdoyant. Merci StatsHunter pour ces découvertes merveilleuses.

Mais quand cela cessera-t-il ? A l’échelle du piéton la tâche est infinie, il me faudrait plusieurs vies pour en venir à bout. Je voudrais me réincarner en oiseau, au moins une fois, mais ce ne serait alors peut-être pas aussi drôle.

Et que deviennes mes passe temps d’antan, les timbres, les appareils photos à visée télémétriques et même les hydracariens  ? Seules les femmes réussissent encore à me détourner de cette nouvelle quête.

Cette nouvelle quête n’est pas triste, elle n’est pas une accumulation de trophées, d’objets ou d’animaux morts, elle donne l’impression d’être éthérée, désintéressée, immatérielle, inutile, vaine, tout ce que j’aime.

Mais en y pensant encore, il y a de la matière dans cette quête. La matière ce sont les satellites qui nous donnent nos coordonnées GPS, la matière c’est nos montres qui servent à capter ces signaux, ce sont aussi les serveurs qui hébergent nos données dans le cyberespace. Tout ce CO2, ces enfants qui travaillent dans les mines de Coltan, mon dieux, qu’avons nous fait.

Un jour sur les chemins, je rencontre un quidam. Il voit de l’art dans cette quête. Cela s’impose à lui, je m’en défend sur le coup mais ensuite je pense à Guy Debord, à ses dérives et à On Kawara, à son œuvre « I went ». Peut-être qu’un jour quelqu’un fera entrer StatsHunters au musée, mais ce ne sera sûrement pas moi.

Oh StatsHunters, comme tu m’inspires, je te dois beaucoup de rencontres et de textes, tu es ma muse StatsHunters, tu me pousses à écrire, à raconter mes périples.

Et tout ces carrés qui m’entourent, sont-ils vraiment carrés, et bien non, rien que ces carrés c’est une merveille conceptuelle dérivée du seul vrai carré, le carré initial, celui qui fait tenir la terre entière entre ses cotés. Le coté le plus proche de l’équateur de chaque carré est un chouia plus long que son coté opposé. Aux pôles on est à l’infini, les carrés deviennent infiniment petits.

Et que dire du concept de plus grand carré, c’est une idée géniale, comment résister à l’idée d’augmenter la superficie de ce carré magique ? Le mien est entièrement Belge en ce moment, je retarde son inévitable arrivée en France. Peut-être que je tiendrais jusqu’à ce que mon carré morde sur les Pays Bas ?

Du coup je redécouvre aussi les trains Belges, c’est plus pratique que les tapis volants pour atteindre le coin de mon grand carré et aussi pour revenir, la Belgique est géniale, il y en a toutes les heures et on est rarement à plus de 20 kilomètres d’une gare. Je suis Sinbad le marin dans les 1001 nuits et le train est mon navire.

Et les carré verts que dessine la plus grande zone contiguë de carrés explorés, est-ce que je ne pourrais pas faire que cela représente quelque animal, un lapin par exemple ? Peut-être que je pourrais m’ouvrir des carrés verts vers Bruxelles pour faire la trompe d’un éléphant ?

Quand d’un carré j’observe une étoile filante, je suis en pâmoison, le point, la surface et la ligne réunis dans la nuit.

Des comptines enfantines hantes mes nuits d’hiver dans les carrés. « Dans la nuit de l’hiver, galope un grand homme blanc, C’est un bonhomme de neige, Avec une pipe en bois, Un grand bonhomme de neige, poursuivi par le froid… ».

Un poème sur StatsHunters, sans parler des amis, ce serait bien dommage. Je n’ai que 4 sortes d’amis, ceux qui y sont, ceux qui y sont mais qui ne le disent pas, ceux qui n’y sont pas encore et ceux qui n’ont pas de montre GPS.

Vous savez, si vous laissez StatsHunters entrer dans votre vie, rien ne sera plus comme avant, vous vous surprendrez à modifier le cours de vos pérégrinations pour y inclure des carrés manquants. Vous irez probablement même jusqu’à faire un détour de quelques dizaines de mètres pour flaguer un carré rien qu’en l’effleurant, du minable, du lamentable, c’est à cela que vous vous exposeriez si vous vous adonniez à ce bazar.

Post-scriptum et mode d’emploi

  • StatsHunters se base exclusivement sur les données de Strava. Il n’est pas nécessaire d’avoir une montre GPS pour Strava, un smartphone permet aussi d’enregistrer directement la trace d’une promenade dans Strava. Et hop, à vous StatsHunters.
  • StatsHunters est un excellent index pour retrouver une trace dans Strava, si on clique sur une activité on peut aller la visualiser dans Strava.
  • Il y a plusieurs fonds de carte disponibles dans StatsHunters, quand je pars à la chasse aux carrés, ma préférée est Open Topo Map qui montre où sont les voyettes. Sur le terrain j’utilise en parallèle Locus, plus précis pour la navigation. Je n’ai pas trouvé de moyen de visualiser les bords des carrés dans Locus, ce serait bien pratique car c’est un des problèmes sur le terrain quand on veut être méthodique.
  • Pour avoir une vue globale de ses tuiles mon paramétrage préféré c’est carte Terrain (Grayscale) qui montre le relief et pas d’affichage des activités.
  • Pas de besoin de mode d’emploi pour utiliser l’interface de StatsHunters. Tout se trouve dans un menu en haut à droite, c’est en anglais mais pas très compliqué.
  • Les badges dans StatsHunter ne m’intéressent pas spécialement. C’est plutôt fait pour les cyclistes.
  • Pour faire son bilan de l’année dans Strava StatsHunters est un bon outil, on peut sélectionner seulement les activités dans une plage de date.
  • Le truc des tuiles existe aussi dans VeloViewer mais je n’ai pas trouvé comment y accéder et de toute façon c’est payant au contraire de StatsHunters qui est gratuit (pour le moment).
  • StatsHunters ne permet pas de visualiser les statistiques de ses copains mais on peut créer des clubs dans Strava et StatsHunters donne des classements au niveau du club (plus de badges, plus de kilomètres, plus grand carré, classement Eddington, …) et aussi une heatmap globale pour toutes les sorties du club.
  • Le classement Eddington est un concept intéressant, il s’agit d’un carré ou un coté est égal au nombre de fois on a atteint une certaine distance qui est égal à cette distance. Aujourd’hui, mon nombre d’Eddington est de 56, cela veut dire que 56 fois j’ai parcouru plus de 56 kilomètres en une seule fois. Pour passer à 60, il se pourrait que j’ai à courir plus de 4 fois 60 kilomètres, car dans mon compte de 56 il y a peut-être des sorties entre 56 et 60, je vous laisse méditer. Eddington était un astrophysicien, ce personnage mérite d’être découvert…
  • Aujourd’hui, en 2019, StatsHunters ne semble pas être ni très connu ni très utilisé mais ma prédiction est que ça va devenir majeur et que quand on sera pris dedans ça sera détruit par Strava et rendu payant dans Strava.
  • Pour bien StatsHunter vous pouvez vous fixer des règles pour pimenter l’aventure.
    • Repérer un carré et s’y rendre sans carte et sans GPS, juste en ayant visualisé le terrain, faire de la quête une CO (une idée de Thibault)
    • Visiter tous les villages d’un carré
    • Visiter tous les bistrots d’un carré
    • Ne pas charger dans Strava des ballades de moins de 10 km (pratique de Domi)
    • Ne rien faire à vélo (ma pratique)
  • Il y a aussi des moyens de dévoyer l’expérience
    • Accrocher sa montre à un drone pour aller faire un carré inaccessible à pied.
    • Créer dans Strava des activités parfaitement fictives
    • Brancher sa montre dans la voiture.
    • Aller en voiture dans un carré inexploré et sortir pisser en branchant le GPS

A chacun son éthique…

Vocabulaire StatsHunters

  • Tile : tuile. C’est ce que j’appelle un carré dans ce poème.
  • max cluster : plus grande zone de carrés contigus explorés. Un carré appartient au cluster si ses 4 carrés adjacents ont eux même été explorés. Le cluster est en carrés verts, les carré aux limites du cluster ou non relié à lui sont en rouge.
  • Max Square : plus grand carré de tuiles contiguës suite à vos explorations. Ce carré est figuré par des tiles bleues dans StatsHunters.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.