[test] Peronin

Voici donc mon test de la poudre Peronin que j’ai découvert grâce à Manu, lors de le sortie off de la confrérie à Gerberoy.

D’après manu et d’après le site de Peronin, c’est une poudre qui permet de se restaurer complètement lors d’expéditions en autonomie ou pour des efforts de longue durée. Manu et le site parlent d’une poudre à base se MCT, des triglycérides chaîne moyenne qui sont rapidement assimilées par l’organisme et font partie de la famille des graisses. Ça me plaisait bien puisque comme le régime paléo est quand même pas mal basé sur les graisses, avoir une alimentation pendant l’effort basée sur les mêmes éléments me semblait assez cohérent.

Malheureusement, après avoir passé ma commande et reçu mes paquets de Peronin (produit de la marque Trek’n Eat de la société Katadyn) jai découvert qu’il y avait autant de MCT dans la composition que de beurre en branche…

Composition de Peronin Trek’n Eat

Ingrédients

  • Maltodextrine
  • Protéines de lait
  • Graisse végétale
  • Sucre
  • Jus d’orange en poudre (2%)
  • Acide citrique
  • Citrate de trisodium dihydrate
  • Chlorure de sodium
  • Carbonate d’hydroxyde de magnésium
  • Citrate de tripotassium
  • Carbonate de calcium
  • Arômes naturels
  • Béta carotène (colorant)
  • Lactose
  • Vitamine C
  • Nicotinamide
  • Vitamine E
  • D-panthothénate de calcium
  • Vitaline B6 – hydrochloride
  • Vitamine B2
  • Vitamine B1 – mononitrate
  • Biotine
  • Acide folique
  • Vitamine B12

Valeur nutritive pour 100g de produit (un sachet)

  • kJ/kcal : 1894/450
  • Protéines : 18.0 g
  • Glucides : 60,0 g
  • Lipides : 15.0 g

Remarques : ce taux de glucides en fait une boisson pas vraiment paléo non ?

Substances minérales et vitamines ajoutées pour 100ml de produit fini

  • Sodium : 0,10 g
  • Chlorure : 0,10 mg
  • potassium : 28,50 mg
  • calcium : 104,82 mg
  • magnésium : 12,30 mg
  • vitamine C : 10.63 mg
  • vitamine E : 1,41 mg
  • vitamine B1 : 0,17 mg
  • vitamine B2 : 0,20 mg
  • vitamine B6 : 0,21 mg
  • vitamine B12 : 0,35 µg
  • acide folique : 18,88 µg
  • calcium D-pantothénate : 0,82 mg
  • nicotinamide : 2,12 mg
  • biotine : 0,01 mg

300 ml de Peronin couvrent au moins 1/3 de l’apport journalier recommandé par la DGE (société allemande de l’alimentation) pour ces vitamines

Préparation.

Verser le contenu du sachet dans un récipient à large ouverture, ajoutez de l’eau froide ou tiède et bien mélanger. Ne pas chauffer à des températures supérieures à 60°c. Ne pas prendre le Péronin avant ou après, mais durant l’activité sportive.

Test du Peronin

Marathon d’entrainement

La première fois que j’ai testé le Peronin aura été lors d’une petite sortie d’entrainement tranquille de 43km, histoire de faire un marathon en sortie longue le dimanche matin (debout à 6h quand même pour pouvoir assurer les invités de midi).

Le sachet est assez encombrant et un peu difficile à vider dans une bouteille. Il faut absolument choisir un récipient à très large ouverture pour ne pas risquer de tout foutre « à coté ». Pas problématique à la maison mais sans doute un peu compliqué lors d’un ravito en compèt. On peut seulement un peu améliorer la situation en n’ouvrant pas complètement le sachet de manière à mieux contrôler le déversement dans la bouteille. Une autre astuce est de bien rincer le sachet en passant l’eau de remplissage par le sachet avant de remplir la gourde.

A gout, le Peronin est je dirais douçâtre, avec un gout entre la bouillie pour bébé et le smecta (un médicament pour ceux qui digèrent mal) mais, alors que j’étais parti à jeun et que je n’ai testé le Peronin qu’à partir du semi marathon, j’ai pu finir mon marathon au même rythme que celui que j’avais choisi au démarrage, sans perte de vigueur sur la fin.

Ce gout douçâtre et un peu écouerant ne m’aura finalement pas empêché de finir tranquillement ma bouteille et je crois même que ce qui apparait le plus dégueulasse au début peut s’avérer le plus agréable à la longue. Le truc n’est pas agréable mais j’ai assez confiance dans la possibilité d’en faire la boisson / alimentation de base lors d’un prochain ultra.

 

 

 

 

 

 

Indice PRAL :

Autres marques de produits rapprochant

  • Perpetuem (marque Hammer)
  • 32GI
  • Heed
  • Sustained Energy.
  • EFS/First Endurance

Un commentaire


  1. Je ne connais pas les besoins alimentaires d’un courreur de marathon mais je sais que le Peronin a permis d’effectuer une traversée en ski di Groenland (1200 km, trois mois plus ou moins) á Robert Peroni et deux autres copains. Il n’ y avait pas d’autres provisions sur leurs traineaux, j’étais ave ceux au départ.
    J’ai utilisé moi- même le Peronin pour un trek en altitude au Laddakh pour les dejuners, plus digeste que le thon en boite proposé par les guides ( mais repas « normaux » au pdj et diner).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *