[Cr] le marché de Noël du coup de la Panne avec la confrérie

Cette sortie était exceptionnelle, c’était la première fois que la confrérie se réunissait pour une marche.

Il y avait eu un quasi précédent avec la randonnée des 5 clochers que nous avions décidé de faire sans courir pour pouvoir avoir TomTom avec nous. Ce n’était pas une sortie confrérie, sans doute parce que ce n’était pas un off, un truc en dehors de toute organisation, mais ça y ressemblait bien vu l’ambiance et l’idée de faire des trucs ensemble.

Je suis très content que la confrérie ait introduit la rando dans ses sorties de retrouvailles. Il est évident que la marche ne retire presque rien à l’affaire, au contraire elle rend un petit peu plus compliquée la règle qui est restée « de l’ultra, rien que de l’ultra ». On a réussi, avec 45 kilomètres, on est juste au dessus de l’ultra. Ça c’est bien.

Un jour nous ne ferons peut-être plus que des randonnées, nous aurons vieillis, plusieurs ne pourront plus courir, ce sera bien de continuer à se voir dans ce cadre. Moi je dis, longue vie à la confrérie.

J’ai commencé en février 2013 avec la confrérie, j’en suis à 1664 kilomètres en 26 sorties avec eux. Pour moi c’est toujours de mieux en mieux, de plus en plus de plaisir, de partage, de connivence, de sentiment d’appartenance, de souvenirs communs, de compréhension de l’esprit si particulier de l’affaire, de connaissance des autres, de leur vie, de leurs joies, de leurs peines, de découverte de l’humour, de sourire, de bien-être, de plaisir de se retrouver.

C’était moi qui avait préparé la trace, on est parti de plage de la Panne, on est allé jusqu’au monument du roi des belges qui faisait le départ de la Grande Traversée de la côte d’Opale, ensuite on est remonté jusqu’à Nieuwpoort en ne quittant presque pas un très long cordon dunaire, un espace assez sauvage et beau au milieu d’une zone très urbanisée. On est transporté dans le paysage du Bon, le brute et le truand. On cherche tous le nom de l’acteur qui a les yeux plissés, on le trouve mais je ne m’en souviens plus. On pique nique dans une guérite à Nieuwpoort, des phoques batifolent dans l’Yser, on aurait préféré une friterie mais c’est bien quand même. Lolo a apporté du vin chaud, il est délicieux et bienvenu. D’autres breuvages remontants circulent aussi entre nous. Le bac que j’ai prévu que l’on prenne au retour de Nieuwpoort ne semble pas fonctionner. Manu se renseigne dans Google et nous apprends qu’il ne fonctionne pas en hiver. Il se moque de moi, l’information était à 2 clics. Tant pis, je propose que l’on aille quand même jusqu’à la Ganzepoot, la pâte d’oie en français et ses 6 écluses. On revient ensuite sur nos pas, tombons par hasard sur la grosse tortue d’or dont m’avait déjà parlé Ben, allons explorer le bout de la jetée et ensuite c’est retour par la plage. On joue à 123 soleil, le code c’est qu’il est interdit de courir mais on aime bien jouer avec les codes en confrérie. On se fait une pose bienvenue dans un bistro de Koksijde, la bière est bonne, merci TomTom pour la tournée..

A l’arrivée ce sont les rillettes d’Olivier qui font la différence. On est bien comme toujours, j’adore aussi ce moment de fin de confrérie, quand les souvenirs remontent à la surface.

2 commentaires


  1. Merci M.Miles mais ton bac de traverser la baie des phoques fonctionnait au final

    Répondre

  2. Trop bien tes Cr, comme d’hab. Mais petite rectification: les rillettes étaient de Joëlle, autrefois connue sous le surnom de « Dame Tartine », qui les a préparé avec toute son affection pour la Confrérie des horizons

    Répondre

Répondre à Olivier Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.