[Test] Sac à dos Millet Ubik 30

Sac à dos Millet UBIK

Les sacs à dos Millet de la famille UBIK sont conçus pour la randonnée. Il ne sont pas particulièrement légers ni typés. Cela correspond assez bien à ce que je cherche. J’ai acheté le miens un peu sur un coup de tête (80 euros à MacArthur). Peut-être que celui de volume 40 litres aurait été été plus adapté à mon usage.

Mon cahier des charges

  • Un sac à dos de 30 à 45 litres.
  • Possibilité d’accrocher une tente à l’extérieur.
  • Vrai ceinture ventrale reprenant la charge du portage.
  • Si possible beau et solide.
  • Le plus léger possible mais pas au prix de la solidité et du confort.
  • Dans l’idéal avec des porte-gourde sur les bretelles.
  • Avec du mesh pour stocker un vêtement temporairement inutilisé.
  • Si possible pochettes zippées sur ceinture ventrale.

Mes précédentes expériences

OMM Classic 32

J’ai beaucoup utilisé l’OMM Classic 32 et en particulier pendant 1 mois au Portugal sur la Rota Vicentina.

  • Très léger mais pas très solide voir même très fragile.
  • Pas hyper confortable.
  • Super le mesh à l’extérieur
  • Forme assez ronde et donc ceinture ventrale qui passe trop haut pour reprise de la charge sur les hanches.

Raidlight Raid Ultra 30L

Ce sac est vraiment très bien. Plus confortable que l’OMM, possibilité d’accrocher des trucs à l’extérieur, plein de poches partout, portes gourdes natifs sur les bretelles. Le principal problème du Raidlight raid Ultra 30l est sa fragilité et qu’il n’est pas fait pour que la charge soit reprise sur les hanches.

Ce qui m’a plus pour mon achat impulsif du Millet UBIK 30

  • Forme allongée assez « moderne » et montagne
  • Sangle en dessous pour tente
  • Pochette en mesh sur le coté pour y mettre une gourde
  • Pochette zippée de l’autre coté, aussi pour une gourde ?
  • Beaucoup de sangles de portage de tous les côtés
  • Beau look noir et vert.
  • Raincover pour protéger le contenu des intempéries
  • Apparemment assez léger et confortable.
  • Petites poches sur la ceinture ventrale.
  • Matière qui semble être assez solide.
  • Fabrication qui donne l’impression d’une bonne qualité.
  • Dos pas trop ventilé mais port très près du corps du coup.
  • Ceinture ventrale placée trop haut ? est-ce qu’elle fait bien tomber le sac sur les hanches ?

Ce qui m’inquiète un peu à priori avec le Millet UBIK

  • Le raincover n’est pas attaché au sac. Il y a un genre de petit mousqueton en plastique attaché mais je ne vois pas pas bien à quoi l’accrocher (peut-être à un anneau dans la pochette interne du rabas ?). Réponse en fait ce mousqueton est fait pour être attaché à un petit anneau en sangle qui se trouve au milieu de la fermeture éclair de la poche supérieure du sac à dos. Il y a un logo « raincover » dans ce coin là.
  • Le tissus a l’air d’être du genre cassant à certains endroits. J’espère que je me trompe.
  • Le zip de la poche du fond est sans doute un point faible. Il y a des sangles qui permettent de protéger ce zip mais j’ai peur d’oublier de les mettre.
  • L’aspect « long tube étroit » risque de rendre le chargement compliqué.
  • Pas de réglage du dos.

Caractéristiques générales du Millet UBIK 30l

  • Dos en mousse léger
  • Hauteur de dos 46 cm (c’est le même pour l’UBIK 40 – réglable pour l’UBIK 50)
  • Matière principale : polyamide 210d Honeycomb
  • Poids 1180 (fabriquant)
  • Système variloop : plein de sangle partout pour transporter plein de trucs (tente, matelas, bâtons, skis, raquette, piolet…) à l’extérieur du compartiment principal. C’est très bien foutu, il y a même un petit velcro qui permet de ranger le sangle excédentaire.

Adaptations / hacks à faire

  • Ajouter des élastiques sur le dessus du rabas pour pouvoir y stocker un vêtement

Test et mon avis suite à ces tests

Randonnée de 2 jours avec bivouac en tente

Chargement du sac

  • Je découvre un petit anneau de près du logo Raincover dans le haut du sac. Si on y accroche la protection anti pluie on ne peut plus la ranger dans la poche zippée. J’essaie de la faire pendouiller dehors…
  • La tente Hubba Hubba se prête parfaitement aux sangles sous le sac. Ça ne frotte pas trop contre mes fesses.
  • Système génial de réglage de la longueur des sangles avec un petit ruban agrippant.
  • Idée géniale de Paula, installer un porte gourde (Raidlight porte bouteille Olmo) sur la sangle de réglage de longueur de la bretelle du sac. Beaucoup plus discret que plus haut sur la bretelle. Un poil gênant pour le balancement des bras en marche rapide sans bâtons ?
  • L’aspect long tube du compartiment principal est assez difficile à bien « bourrer » hors c’est assez important pour avoir un volume bien droit plus facile à porter.
  • Chargemement 12 kilos.

À l’usage

  • La ceinture ventrale n’est pas très confortable avec un poids de 12 kilos
  • Les sangles des bretelles et ventrales ont tendance à se desserrer.
  • La Raincover couvre bien le matelas Thermarest et la tente Hubba Hubba, il est vraiment prévu pour couvrir aussi les trucs que l’on a attaché au sac. C’est super.
  • Pour l’instant tout va bien mais je me demande si le fil à coudre utilisé est vraiment solide.
  • Les bretelles sont assez confortables.
  • Le système de réglage de la sangle ventrale est bien foutu. Tirer sur les sangles a pour effet de resserrer la ceinture.

3 semaines dans les Alpes

Pendant ces 3 semaines j’ai fait une belle randonnée du coté de Dormillouse, un petit passage dans le Queyras, le tour des Écrins et enfin une semaine dans les Cerces.

Voici des éléments de retex :

  • J’ai dormi tous les soirs (sauf 2) à la belle étoile (avec mon matelas Thermarest, mon sac de couchage Millet et mon sac de bivouac SOL) et j’ai beaucoup utilisé la raincover, elle est vraiment très bien pour protéger de la rosée le sac et les affaires.
  • Pour ce qui est de la ceinture ventrale qui m’avait un peu déçu lors de mon premier test j’ai découvert qu’il ne fallait pas oublier de serrer les 2 petites sangles de rappel de charge sur les coté de la ceinture. C’est le jour et la nuit entre quand elles sont ajustées et quand elle ne le sont pas.
  • Les réglages des sangles ne se dérèglent pas tant que ça en fait.
  • Je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas de sifflet sur ce sac. C’est dommage pour un sac de randonnée, comment faire pour signaler sa présence si on est tombé dans un ravin ? J’ai réglé ce problème en récupérant le sifflet d’un de mes vieux sacs de trail.
  • Le dos est très près du corps et presque pas ventilé (ça s’est peut-être amélioré avec les nouvelles versions de ce sac) mais pas de problème de transpiration particulier. Peut-être que mon t-shirt en mérinos s’occupait d’évacuer ma transpiration ?
  • Avec un sac chargé à 11 kilos environ la portage ne pose aucun problème.
  • Après avoir perdu 7 kilos je me suis trouvé aux limites des réglages de la ceinture. Si vous n’êtes pas épais de la taille, je vous conseille d’essayer ce sac avant de l’acheter et de faire attention à ce point là.

 

 

Annexes

Un petit article que j’avais commencé à écrire bien avant d’acheter finalement ce sac :

Mon OMM commence à se déchirer et je comme j’ai l’impression qu’il doit exister d’autres sacs pour mon programme de randonnée de plusieurs jours avec la tente je me suis d’abord intéressé au sac à dos Millet VENOM 40 et j’ai profité de mon passage à Chamonix pour aller voir ce sac à dos. En fait il n’est pas bien adapté à mon programme. On ne peut pas accrocher une tente en dessous et il est impossible de mettre des gourdes sur les bretelles. Les modèles 30 litres que j’ai vu semble très petit.

Le vendeur du magasin m’a orienté vers le Millet UBIK 30L qui selon lui est bien mieux adapté à mon programme. Voici ses principaux arguments
Utilisable aussi pour de l’alpinisme.

  • 2 compartiments fusionables dans le sac.
  • Plein de sangles partout et en particulier pour transporter une tente sous le sac.
  • À peine plus d’un kilo donc encore assez léger.
  • Système de portage de bâtons ou de piolet sur le côté du sac.

Questions que je me pose sur ce sac.

  • Pas moyen d’adapter des portes gourdes aux bretelles. Comme je ne veux pas utiliser de poche à eau, je ne le sent pas trop bien l’hydratation. Il y a une poche bouteille sur le côté du sac. Peut être qu’on peut y mettre 1,5 litres d’eau ?
  • Les 30 litres de l’UBIK me semblent plus grand que mon OMM 32 litres mais est-ce suffisant pour mon programme. Peut être que le 40 litres serait encore mieux.
  • Le système porte piolet n’est pas extraordinaire on dirait. Je n’y connais rien.
  • Trop de sangles dans tous les sens ?
  • Quel est l’intérêt pour moi des 2 poches dans le compartiment principal ?

Descriptif de la marque :

C’est LE sac à avoir pour tout usage, trek, randonnée, raquette… MILLET a cherché à optimiser la qualité des mousses, insisté sur le report de charge. Pendant son développement, ce sac a été testé par les Accompagnateurs en montagne de la Compagnie de Chamonix-Mont-Blanc. Les fonctions innovantes de cet Ubic nous permettent de l’utiliser hiver comme été. Malin de caractère, il affiche une fantastique polyvalence alpine. Le système Variloop™™ innovant permet d’installer des raquettes sur le côté, mais aussi des skis, un piolet ou des bâtons. On appréciera son ergonomie sportive et son volume montagne profilé. Les astuces du chef de produit :

  • On craque pour sa ceinture très enveloppante, bien rembourrée en mesh 3D.
  • Le compartiment fond de sac
  • On appréciera son très bon report de charge et son côté moderne, taillé pour l’aventure !

2 commentaires


  1. Bonjour, la tente hubba passe t’elle à l’intérieure du sac? Dépasse t’elle de beaucoup?

    Répondre

    1. Lou, en largeur elle ne passe pas dans le sac. quand je j’emporte ma Hubba Hubba je l’attache avec des sangles qui passent sous le sac. C’est parfait.

      Répondre

Répondre à Lou Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.