[Avis] Tente Nemo Dragonfly 2

Nemo Dragonfly

Un genre de MSR Hubba Hubba NX qui est plus légère et mieux ventilée. C’est un truc idiot mais cette idée d’avoir des « ouïes » au niveau du haut des portes me semble être une idée géniale. Avoir de la ventilation haute, c’est pour moi ce qui manque le plus à la Hubba Hubba NX que je possède.

Donc pour cette tente je vais faire ici une petite review de papier en me demandant si je ne pourrais pas l’essayer le jours ou ma Hubba Hubba sera morte (elle est increvable).

Les trucs qui me plaisent sur le papier sur la Nemo Dragonfly 2

  • Même structure à 2 absides que la MSR Hubba Hubba, pour moi c’est un must quand on utilise une tente à deux (d’ailleurs quand je suis seul je ne me sers pas de tentes, un Sol Escape Bivy et mon matelas Thermarest me suffisent).
  • Le système génial d’aération dans le haut des portes dont j’ai déjà parlé.
  • Même poids que la Hubba Hubba 1.77kg (pas clair, sur certains sites ils parlent de 1.43kg).
  • Une hauteur sous plafond de 111cm, c’est immense.
  • Absides bien plus grandes que celles de la Hubba Hubba, la protection contre la pluie qui peut chasser sous le vestibule semble aussi meilleure.
  • Géométrie asymétrique qui réduit la surface plate, piège à condensation, dans le haut de la tente.
  • Beaucoup de rangements dans la tente et en particulier un grand filet au plafond et des filet pour lampes aux extrémités.
  • Mesh qui ne descend pas trop bas, bien pour éviter les courants d’air.
  • Pas besoin de haubans pour bien la tendre.
  • Possibilité d’écarter la le double toit du « bathtub » du coté de la tête pour augmenter l’aération dans la tente.

Ce qui ne me plaît pas trop sur le papier.

  • Le principal inconvénient potentiel est la tenue au vent et à la pluie avec un toit qui ne descend pas très bas au niveau de la tête. Cela dit c’est compensé par les absides qui descendent bien bas,
  • Dommage qu’elle ne soit pas plus légère.
  • Le système de l’arceau sommital indépendant  est sûrement un point de fragilité, le système mono arceau est probablement plus sur.
  • L’arceau sommital s’insère dans des éléments en plastique. Ces éléments sont en aluminium sur la Hubba Hubba, je crois que c’est bien mieux.
  • La forme asymétrique rend la tente un poil moins pratique pour jouer aux cartes à deux.
  • Une paire de piquet de plus avec les absides plus compliquées mais c’est un inconvénient mineur.
  • Je ne suis pas fan du vert fluo, c’est probablement trop lumineux par nuit claire et pas discret du tout.
  • Assez chère on dirait 419euros en mars 2021.

Éléments récupérés dans les avis sur cette tente

  • Quelques cas de rupture des arceaux
  • Quelques problèmes de condensation sur la partie de la tente intérieure qui n’est pas abritée par le double toit.
  • Du flap dans le vent quand on n’ajoute pas des haubans pour mieux tenir la toile.
  • Les parties d’arceaux pré formées peuvent mal se positionner. Faire attention en particulier lors des montages de nuit.
  • Possibilité de goute de condensation qui tombent du plafond (très plat).

Mon avis de papier sur la tente Nemo Dragonfly 2

Finalement je ne crois pas que je vais craquer pour cette tente principalement pour les raisons suivantes

  • Trop peur que la prise au vent ne soit un problème
  • Pas assez légère (sauf si 1.4kg c’est le poids complet, ce dont je doute)
  • Le système d’arceau transversal non accroché me semble être un point faible.

Notes sur la version Bikepack

Il existe une version spéciale pour les cyclotouristes. Voici les principales différences

  • Les sections de l’armature sont plus courtes ce qui permet que la longueur de la tente repliée soit très réduite (l’idée est de pouvoir l’accrocher sur un guidon de vélo). Je ne sais pas si c’est une affaire pour l’accrocher en bas d’un sac à dos. Cela fragilise très probablement la tente car ce sont souvent les jonctions entre les segments des arceaux le point faible de ce type de tente.
  • Un accessoire, la « landing zone » qui ajoute un genre de plancher à une abside. C’est probablement un gadget.
  • Une toile de couleur noire ou bleu nuit (en tout cas très foncée). Ça c’est très bien pour les nuits claires et ceux ou celles qui préfèrent l’obscurité pour dormir.
  • Un sac de compression étanche et costaud pour emballer la tente. Ce sac a l’air très bien.
  • Environ 1,6kg, c’est presque 200 grammes de plus que la version normale.
  • Il y a aussi une « daisy chain », en fait une série de d’anneaux en sangle pour accrocher des trucs à sécher. Ça c’est pas mal.

Surtout pour cette histoire de couleur sombre, je crois que c’est la version bikepack que j’achèterai si je devais acheter cette tente.

 

Review et test

Beaucoup de tests s’apparentent à des publi reportages.

  • Les avis sur le site de Nemo sont une bonne sources d’informations.
  • Un test en français chez expemag.
  • La meilleure review d’après moi chez GearJunkie.
  • Beaucoup de photos dans la neige.
  • Une présentation complète chez TheBigOutside.

Vidéo « officielle » de Nemo :

Une utilisatrice qui signale quand même pas mal de problème (déchirures, condensation sur le tissus du coté de la tête, inutilité du footprint)

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.