Check list matos pour l’Origole

Avant même de partir pour l’Origole, on m’a tellement dit que ce n’était pas une course facile que je me suis bien plus préparé que d’habitude pour cette course. Le fait de pouvoir repasser près de ses petites affaires 2 fois dans la nuit est un avantage mais ça complique la planification et ça peut être un gouffre en temps si on ne s’y est pas préparé.

Sur moi de pied en cap.

 

  • Une épaisse couche de vaseline sur chacun des pieds pour essayer de les garder au sec.
  • Chaussettes Salomon
  • Hoka one one Mafate Speed
  • Fuseau long skin A200
  • En dessous cuissard Skin A400 pour éviter d’avoir froid aux parties génitales.
  • Une sous couche fine en laine merinos.
  • Ma softshell Adidas Terrex
  • Moufles Fjord Nansen en polaire avec un rabat qui permet de libérer les doigts pour bricoler avec les boutons de la montre ou ouvrir l’emballage d’une pâte de fruits.
  • GPS Suunto Ambit3 Peak.
  • Sac d’hydratation Salomon Skin Pro 10+3.
  • Un buff autour du cou
  • Lunettes Oakley avec des verres qui résistent aux balles et qui évitent d’avoir peur de se prendre une branche dans l’oeil.
  • Un bonnet.
  • La frontale Petzl Tikka R+ (j’aurais préféré la Stoots Focus mais bon)

Dans le sac a dos

  • Poche à eau avec 1,5 litres d’eau claire.
  • Bidon raidlight avec pipette dans bretelle de sac avec boisson Nutraperf.
  • 3/4 pâtes de fruits
  • 3/4 barres amandes ou noisette
  • 1/2 saucisses fumées de Montbéliard. Assez cohérent avec le régime paleo car plein de graisses et de protéines mais probablement trop indigeste pour l’ultra.
  • 1 batterie de rechange pour la frontale Tikka R+
  • 1 vieille frontale Petzl Myo XP dont j’espère ne pas avoir besoin sauf pour changer la batterie de la Tikka.
  • 1 couverture de survie.
  • 1 téléphone portable à priori juste pour les appels d’urgence. Carte Locus du Perray en Yvelines chargée et enregistrement de la trace.
  • 1 veste Gore-tex  active Salomon GTX matador-x

À la base pour les 2 passages intermédiaires.

  • Une sous couche Merinos de rechange.
  • Une serviette pour me sécher le buste.
  • Une veste softshell pour le cas où elle serait trempée.
  • Recharge de Nutraperf.
  • Recharge de pates de fruit.
  • Recharge de barres amandes et noisettes.
  • Recharge de saucisses fumées.
  • Des gants secs.

 

Stratégie de ravitaillement.

 

  • Perdre le moins de temps possible à la base.
  • Retirer les couches du haut.
  • Se sécher.
  • Mettre une sous couche Merinos sèche.
  • Restocker les provisions solides.
  • Remplir les bidons.
  • Choper quelques trucs à bouffer sur les tables.
  • Se renseigner sur le temps qu’il reste par rapport à la barrière horaire.
  • Ressortir dans la nuit et manger en marchant les trucs récupérés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.