Les terrils de Loos en Gohelle

Au sommet du terril de Loos-en-Gohelle
Au sommet du terril de Loos-en-Gohelle

Ça fait pas mal de temps que je vais courir tôt le samedi ou dimanche matin avec Manu. On se donne rendez vous aux alentours de 6h du mat et l’idée est d’aller en voiture dans un endroit avec du dénivelé pour y courir quelques heures et être revenus dans nos familles respectives avant midi.

Dans ce cadre, Manu m’a fait découvrir ses endroits préférés dans notre coin : le mont saint Aubert près de Tournai, le mont de l’Enclus à peine plus loin dans le même coin et les monts des Flandres (mont Kemmel, mont Noir. ..).

Samedi dernier, comme on va courir ensemble les 100 km de l’endurance trail des Templiers à Millau et qu’il y aura environ 4600 m de D+, Manu a eu envie de me faire découvrir un nouveau coin qui permet de « faire » un maximum de dénivelé en un minimum de temps.
Il s’agit des 2 terrils de Loos en Gohelle dans le Pas de Calais.

A priori rien de bien folichon dans une répétition de montée et de descentes de ces maudits terrils. En fait c’est génial, on y fait des bonnes rencontres, le paysage est surprenant, surtout au lever du soleil, les cuisses brûlent au bout de quelques répétitions, les descentes sont tout à fait effrayantes, les mollets et la voute plantaire sont sollicités comme jamais, les sentiers sont très variés et même s’il n’y a que 2 terrils, cela représente une infinité de possibilités de faire varier les versants d’ascension et de descente. Je jubile de me sentir vivant et en pleine forme après avoir arrêté de fumer suite à un genre de crise cardiaque.

2 jours plus tard, j’ai encore les cuisses en feu. Vraiment inattendu à ce stade de ma préparation pour les Templiers. Je suis ravi.

Nous avons rencontré Olivier de Loos pas en Gohelle dès nos premières encablures sur le crassier. C’était encore la nuit noire mais on ne pouvait pas le manquer avec sa frontale. Comme on s’est bien entendu avec lui, on est resté 3 heures ensemble et on ne s’est quitté qu’après avoir atteint 1000 m de D+.

Un petit mot sur le matos suite à cette petite sortie.

  • Les Salomon Sense Colors ne sont vraiment pas adaptées. Je me suis cassé la figure sur le premier talus de la journée alors que Manu venait de me prévenir que c’était très glissant. C’est décidé, il me faut un autre genre de pompes pour les entrainements du mercredi et ce genre de sortie terril. Ce sera des Speedcross sans doute.
  • Rien à dire sur les lampes frontales car j’avais bêtement oublié ma Tikka R+ à la maison ce matin là.
  • Comme il s’est mis à pleuvoir j’ai sorti ma belle veste Gore Tex Active. J’ai pu la mettre par dessus mon camelbak. C’est très pratique et protège par la même occasion les affaires stockées dans le sac mais le perfide Manu m’a fait observer que mon sac était quasiment vide et que ce ne serait plus la même chose avec un sac rempli de tout le matos obligatoire.

2 commentaires


  1. Bonsoir, quelle est la dénivellée positive pour une montée du terril? c’est pour prévoir un entraînement.
    Merci

    Répondre

  2. Je ne sais pas, ça fait un bail que je n’y suis pas retourné. 9a doit se compter en dizaines de mètres.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *