Conseils sur le matériel obligatoire UTMB

Voici un retour sur le matériel obligatoire suite à mon UTMB 2017. Je vais partir de mes chaussettes pour finir par mon bonnet en passant par le sac à dos et en parlant aussi du sac de délestage que l’on peut utiliser à Courmayeur.

Chaussettes :

J’ai utilisé des chaussettes Icebreaker Run+ en mérinos et c’est vraiment une découverte intéressante. Aucune ampoule, aucun frottement, bien chaudes.

Chaussures.

Ça fait des années que pour mes ultra importants je ne fais plus d’expériences avec les chaussures. Je suis hyper fidèle au Brooks Cascadia même si elle sont trop fragiles. Les Brooks Cascadia 12 sont encore une fois un peu déchirées au niveau de la pliure des orteils, la solidité ne s’est malheureusement pas fondamentalement améliorée.

Cuissard.

Je suis très fidèle aux cuissards Skin. Pour cet UTMB je suis parti avec un Skin A400, plus lourd que le Skin A200. RAS mais je crois que je préfère le Skin A200.

Pantalon étanche.

Le pantalon étanche fait partie du matériel obligatoire et en 2017 il aura bien été utile. On a tous été obligé de le mettre à la sortie d’Arnouvaz avant d’attaquer la montée vers le Grand Col Ferret. J’ai préféré mon Salomon Goretex au Eider Target car il est plus léger.

Sous couche.

J’ai porté du départ à l’arrivée un maillot Adidas très fin et très collant que j’ai depuis des années. J’aime bien ce maillot car m’a toujours évité les frottements en particulier à la pointe des tétons. La question que l’on peut se poser ce serait d’utiliser une pre.mière couche en mérinos.

Seconde couche chaude.

Là pas d’hésitation pour moi. Une fine mérinos à manche longue avec un zip au niveau du col c’est ce qui va le mieux. Celle que j’ai fais les 180 grammes minimums exigés par l’organisation. Je l’ai mise assez rapidement et plus retirée par la suite. J’adore le petit zip au col pour ajuster en course le niveau de chaleur et surtout le niveau d’évacuation des calories dégagées pendant les montées.

Veste étanche.

Là non plus pas d’hésitation, je suis parti avec ma veste Goretex Millet Trilogy. Elle est très lourde (480 grammes) mais sa super visière et ses zips sous les aisselles pour l’aération font que c’est ma veste préférée. Pour l’UTMB elle est quand même sur dimensionnée, la résistance à l’abrasion e la membrane Gore-tex Pro n’est pas du tout sollicitée sur cette épreuve. Anecdote : il y a un photographe qui m’a dit que j’avais l’air bien équipé alors que je portais cette veste sous la pluie battante.

Gants étanches

Encore du matériel obligatoire pour l’UTMB. Certains bricolent avec des gants du genre gants Mappa et en sont très content mais je suis partis avec des gants Camp G Hot Dry assez lourd qui me servent aussi pour The Spine. Ils sont un petit peu trop petits pour moi mais j’ai encore une fois pas du froid aux mains avec.

Bonnet

Pour l’anecdote j’ai utilisé mon bonnet Origole. Il est un peut trop petit pour ma grosse tête. Un gars a trouvé très marrant que je choisisse ce bonnet pour l’UTMB.

Lampe frontale principale

L’Armytek Wizard aura de nouveau été de sortie. quelques remarques.

  • J’ai eu très peur car en préparant mon sac avant d’aller chercher mon dossard, je me suis rendu compte que j’avais oublié mes batteries de rechange à la maison. Vraiment ballot. Heureusement, Ben était là et comme il a aussi une Armytek il a pu me préter une de ses piles.
  • Finalement je n’ai pas changé de batterie pendant les  2 nuits de mon UTMB. J’ai utilisé le mode spécial trail 100 lumens de htmoi et c’est vraiment juste ce dons j’avais besoin.
  • L’étiquette est d’éteindre sa frontale lorsque l’on arrive sur un ravito. Je ne le savais pas.
  • Dans le brouillard au Délevret entre Les Houches et Saint Gervais la frontale n’éclairait que les micro gouttes du nuage quand elle était portée sur le front. Je l’ai prise à la main pour voir beaucoup beaucoup mieux le chemin.

Lampe frontale de secours.

C’est encore du matériel obligatoire pour l’UTMB. Je suis parti avec la Black Diamond Iota et je ne m’en suis pas servi du tout. Je crois qu’elle est censée servir pendant qu’on doit changer la batterie de sa frontale principale et comme je  n’ai pas eu à le faire je n’en ai pas eu besoin.

D’après la liste du matériel obligatoire, il faut aussi une batterie de rechange pour la lampe frontal secondaire. C’est un peu nul cette demande. Si on veut optimiser il faut mettre dans son sac une lampe toute petite avec une pile bouton de rechange. Avec une lampe à recharge USB comme la Iota il faut une power bank et un cordon de liaison pour respecter le cahier des charges. J’aurais bien aimé savoir quels critères utilisaient les inspecteurs de sac sur ce sujet mais je n’en sais toujours rien. Dommage.

 

Sac à dos.

J’ai utilisé un Raidlight Olmo Ultra Vest 12L et j’en suis extrêmement satisfait.

  • Le système de stockage des bâtons fonctionne très bien.
  • Aucune douleur aux épaules après 45 heures de portage.
  • Sac facile à retirer et à remettre en course. Je n’ai cela dit pas eu souvent à le retirer.

 

Banane

Comme le sac à dos Raidlight Olmo Ultra Vest se positionne très haut sur le buste et ne permet pas de mettre un gros smartphone dans une poche accessible j’ai complété le sac à doc par une banane Salomon Agile 500.

Bâtons

Avec mes Leki Micro Trail Pro je pensait avoir l’air d’un kéké des plages qui se la pétait avec ses bâtons rouge ferrari mais sur l’UTMB ce qui pourrait paraître comme une excentricité est d’un banal affligeant. Il se pourrait bien que la majorité des gars courent avec des bâtons Leki rouges. je ne me suis pas du tout senti seul.

  • J’ai déployé mes bâtons au 100° kilomètre, juste avant la montée vers le Grand Col Ferret. J’aurais peut-être du les sortir avant.
  • Même si mes bâtons n’avaient qu’à peine plus d’un mois d’utilisation ils semblaient beaucoup plus abîmés que ceux des autres concurrents.
  • J’ai bêtement perdu mes 2 gantelets lors de l’UTMB.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *