Matos pour la TDS – le matériel obligatoire

Matos TDS

Pour la TDS, la liste du matos obligatoire est la même que pour l’UTMB et je n’ai réalisé cela que tout dernièrement. C’est fâcheux car le matos obligatoire c’est important et s’y prendre à la dernière minute ce n’est pas bien. En tout cas voilà ce que je pense emmener avec moi sur cette course. Le matos est une partie importante de la préparation TDS

Sur mon dos.

  • Sac d’hydratation Salomon Skin Pro 10+3. Le sac semble pouvoir contenir tout le matos obligatoire. Je vais partir sans la poche à eau : trop compliquée à remplir et à nettoyer, pas fiable (se perce, quelque foi la connection entre la poche et le tuyau ne se réalise pas bien…) et 2 bidons Raidlight avec pipette sont préférables. Ce sac est fourni avec le sifflet obligatoire, encore un truc de moins à penser.
  • 2 bidons Raidligt avec pipette. J’aime bien ce système. Pas de soucis au remplissage, facile à nettoyer, possibilité d’en avoir un avec autre chose que de l’eau claire. Les bidon c’est 800 ml contre 500 ml pour les poches souples. Je préfère ne pas manquer d’eau et j’envisage aussi de partir avec une poche souple de 500ml dans le sac par sécurité.
  • 2 frontales avec 2 jeux de piles de rechange. C’est le matos obligatoire. Ma frontale principale va être la Petzl Tikka R+ et la lampe de secours la Led Lenser SEO3.
  • Un pantalon de pluie Salomon en GoreTex. J’avais déjà acheté ce truc en prévision de The Spine. Pour moi c’est ridicule car je n’ai jamais froid aux jambes. Je suis sur de ne pas l’utiliser.
  • Couverture de survie.
  • Veste avec capuche. Après mon échec de la bouillonnante j’ai décidé de ne pas lésiner et je vais prendre la veste que j’ai prévu pour The Spine : la Millet Trilogy. Elle est très lourde mais c’est sur qu’elle protège bien du vent et de la pluie et qu’elle est plus respirantes que les autres. Si les conditions sont mauvaises sur la courses je ne serais pas le moins bien protégé…
  • Un collant compressif Skin. Comme il est affreux (camouflage hivernal) je préfère l’avoir dans le sac que sur moi. Juste là pour complaire à l’organisation.
  • Pour la seconde couche chaude additionnelle je vais largement dépasser les réquisitions obligatoires en choisissant ma veste Salomon en Primaloft. Bien plus lourde que la couche minimum : 352 grammes versus 180 grammes requis mais ce luxe pourrait bien être apprécié le jour J. Si la météo s’annonce vraiment clémente, je pourrais éventuellement switcher avec une petite polaire et mettre la veste primaloft dans le sac de délestage.
  • Pour les gants chaud et imperméables j’ai aussi choisi du matériel du niveau The Spine. Il s’agit de gants Lafuma en Gore Tex. Très lourds mais au moins je n’aurais pas froid aux mains. Normalement ces gants devraient être stockés dans mon cuissard pour être plus facilement accessibles. Manu pense que j’exagère sur ce point. Pour lui des gants plus légers feraient aussi l’affaire.
  • Je vais aussi mettre un petit bonnet dans mon sac, juste parce que c’est obligatoire pour la TDS.
  • Il y a aussi un Buff dans le matos obligatoire. Je ne suis pas fan mais bon.

 

Sur moi

Je vais partir des pieds pour finir à la tête.

  • Pour les chaussures, ce sera les Brooks Cascadia 10. 3 semaines avant la courses, j’avais prévu de partir avec les Adidas Supernova Riot 6 mais comme j’ai eu assez mal aux pieds lors de 10 peaks et aussi deux énormes ampoules au talon je n’ai pas trop envie de prendre des risques pour la TDS et je suis passé chez OOff Course pour reprendre des Cascadia 10. Ils m’ont dit que le problème de déchirure ne s’est produit qu’avec les modèles de couleur rouge. J’ai un peu de mal à les croire mais ils m’ont promis un échange standard si je ne faisiait pas 6 mois avec les Cascadia.
  • Des chaussettes Salomon XT Wings 2 qui sont recommandées par la boutique Salomon de Roubaix. J’en ai déjà fusillé une paire neuve sur l’Endurance Trail des Templiers mais je ne me souvient pas d’avoir eu des ampoules ce jour là. Le baratin qui accompagne les chaussettes vaut son pesant de cacahuètes : technologie Nano Glide qui  gère à la fois l’humidité (évacuation de la transpiration ?) et les frottements. Je ne demande qu’à les croire… Cela dit je pars aussi avec une commande de Manu pour des chaussettes BV Sport Trail Evolution qui sont moins chère au salon du trail de Chamonix. Ce sont ses préférées, il n’a jamais eu d’ampules avec, il me  les a montré et elles ont l’air vraiment bien, j’en prendrais sans doute aussi pour moi.
  • Pas de manchons de compression. C’est une question de style.
  • Cuissard Skin A200. L’A400 que j’ai acheté aux templiers est malheureusement introuvable.
  • Un T shirt manche longue en laine mérinos avec un petit zip au col. C’est ma tenue standard. Jamais trop chaud dedans et ce n’est pas un hasard si les touaregs sont vêtus de laine pour résister à la chaleur du désert. Le petit zip permet de se rafraichir dans les montées et d’avoir quelque chose autour du cou quand il fait frisquet (je préfère grandement ce système aux Buff qui se gorgent de sueur et que l’on ne peut pas enlever aussi facilement.
  • Des lunettes de sport Oakley même si elle risque de finir dans le sac après que je n’y voie plus rien avec à causes des gouttes de transpiration qui seront tombées dessus.
  • Mon chapeau Thaï car le look c’est important et il risque de faire chaud aussi dans la montées après Bourg Saint Maurice.
  • Pas de bâtons et on a en déjà assez parlé.

Dans le sac de délestage pour le Cormet de Roselend.

Pour le sac de délestage j’hésite beaucoup. Trop de truc c’est pas bons car ça complique les décisions à prendre au ravito mais pas assez c’est aussi embêtant donc cruel dilemme.

Voici quelques idées à voir d’ici là :

  • Des vêtements secs (chaussettes, première couche, gants, buff, bonnet…)
  • Des pompes sèches (pas pour moi normalement car j’arrive en avion et je ne vais pas trimballer 2 paires de pompes avec moi)
  • Des trucs chauds pour la nuit car le Cormet de Roselend on y arrive normalement avant ou au début de la nuit.
  • De la bouffe ou des trucs genre Péronin.
  • Une batterie pour recharger l’Ambit et le smartphone ? Pas sur que ce soit utile pour plusieurs raisons. Normalement le Cormet on ne devrait pas y arriver complètement cuit et dons y rester assez longtemps pour recharger les batteries des appareils et en plus le lieu est tout petit et c’est le gros bordel dedans alors commencer à bricoler avec des fils c’est peut être pas une bonne idée. Le mieux serait de se dépêcher et de finir avant la fin des batteries…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.