[Test] Polaire Millet Roc High Loft JKT en Polartec Thermal Pro High Loft

2015 Veste Millet polaire Hight Loft

Pour The Spine Challenger et compte tenu de l’expérience de Clare Holdcroft, rencontrée lors de la dernière TDS,  qui a fini en 2015 avec 6 couches de vêtements il me manquait une bonne polaire à capuche pour mettre en dessous de ma veste en Primaloft qui n’a pas de capuche.

J’ai donc acheté cette veste un peu sur un coup de tête avec pour seul cahier des charges : je voudrais une bonne polaire à capuche.

Il se pourrait finalement que je soit tombé sur la polaire idéale car la matière Polartec Thermal Pro High Loft est peut-être ce qui se fait de mieux pour une couche intermédiaire chaude et respirante. Elle est même tellement chaude que je ne suis pas sur de pouvoir l’utiliser en dehors de The Spine.

Présentation de la veste Millet Roc High Loft

  • Matière principale : Polartec Pro High Loft. Il s’agit d’une polaire qui ressemble à de la fourrure synthétique (d’où le sublime baratin de bio mimétisme). L’idée est d’emprisonner des bulles d’air isolante dans un réseau de poils léger.
  • Matière secondaire : Polartec Power Stretch Pro. On en retrouve sous les aisselles et sous le poignet. Cette matière est censée évacuer rapidement la sueur et avoir une grande résistance à l’abrasion car l’extérieur est en polyamide. A mon avis la résistance à l’abrasion n’est pas vraiment une qualité recherchée aux endroit ou cette matière est disposée.
  • Poche poitrine très grande. Mon Galaxy Note y loge sans aucun problème.
  • Fermeture éclair principale qui remonte jusqu’au menton. Elle est secondée par une assez large bande douce et isolante pour que la fermeture éclair ne frotte pas contre la peau et que l’isolation soit renforcée.
  • On dirait que cette veste a été conçue pour pouvoir être portée à même la peau.
  • Les 2 poches latérales sont fermées par des zips et permettent de faire passer les mains vers le haut (on peut remonter les mains jusqu’à la hauteur de la poitrine, sous la veste). C’est très bien vu pour pouvoir se réchauffer les mains et au début on peut avoir l’impression inverse, c’est à dire de poches très peu profondes. Cela dit cette fonction est peu compatible avec le port d’une surcouche étanche ou brise vent. J’ai quand même testé avec ma veste Millet Trilogy et on arrive à accéder à ces poches en passant les bras dans les ouvertures sous les aisselles de la veste en Gore Tex. Je suis super content de ce truc qui pourrait avoir à me servir à cause de mon syndrome de Rainaud.
  • La capuche n’est pas réglable mais elle est très ajustée. Faites attention à la taille de la veste, quand elle est trop petite on sent que ça tire au niveau des épaules quand on met la capuche. J’ai du aller échanger ma veste en boutique pour une taille supérieure pour cette histoire. La capuche protège très bien la tête et les épaules, elle se rapproche d’une cagoule mais qui laisserait découvert la bouche et la moitié du front. Les oreilles sont hyper bien couvertes au moins.
  • La longueur de la veste est assez généreuse mais sans excès. Alors qu’en général j’ai le nombril à l’air avec mon cuissard Skin A200, je les ai testé ensemble sans avoir l’impression que ça se reproduisait. Quelques centimètres de plus n’auraient cependant pas fait de mal.
  • La couleur assez improbable (genre lie de vin ?) et le coté fourrure m’ont valu le sobriquet de teletubbies par ma copine et c’est vrai que c’est sans doute une veste absolument impossible à porter « en ville ». Un autre sobriquet que l’on pourrait utiliser pour cette veste serait « moumoute » mais c’est vieillot.

 

Ce qui pourrait être amélioré sur cette veste :

Globalement je la trouve très très bien mais on pourrait quand même améliorer certains trucs.

  • Donner la possibilité de refermer la capuche comme une cagoule. Ce serait assez cohérent avec une veste destinée aux situations de froid extrême.
  • En faire une version sans poche de poitrine et avec un demi zip. Cela permettrait de gagner du poids sans perdre sur la fonction essentielle d’une sous couche chaude (pour une couche intermédiaire, les poches ne sont pas vraiment importantes car on ne peut normalement pas y accéder). Cela dit ce ne serait plus une veste hein…
  • Prolonger les manches et les finir par des « passe pouce ». En fait je dis ça mais je n’en crois rien. En situation extrême hivernale on met des gants ou des moufles qui remonte assez haut sur les poignets et on se fiche de ce genre de gadget pour coureur du dimanche matin.
  • Quand je range la veste pour la mettre dans un sac j’utilise la capuche comme sac de rangement. C’est pratique mais une astuce qui permettrait une compression de l’ensemble serait bienvenue car la veste a beau être compressible la place prise est assez importante si on n’exerce pas de force de compression.

Usage recommandé de la veste  en Primaloft High Loft.

En fait comme cette veste est parfaitement adaptée au système multi couche actuellement en vigueur j’ai l’impression qu’il n’existe pas beaucoup mieux pour assurer la fonction couche intermédiaire chaude entre une couche à même la peau (Merinos pour moi) et une veste imperméable qui n’apporte pas de chaleur.

  • Sous une tente en plein hiver ça doit être génial. Pas encore testé mais je n’ai pas dit mon dernier mot.
  • Le soir dans un appartement non chauffé : économie d’énergie compatible COP21 garantie.
  • Dans un sac de couchage, ne pas hésiter à l’utiliser si votre sac de couchage est insuffisant pour la température nocturne.

Inconvénients de cette veste polaire Millet

  • Vraiment beaucoup trop chaude pour un usage « casual ».
  • Aucune résistance au vent. C’est une caractéristique. Pensez à une veste purement coupe vent et légère comme la Salomon Fast Wing.
  • Aucune résistance à la pluie. C’est encore une caractéristique d’une couche chaude intermédiaire.

Questions que je me pose sur la Roc High Loft

  • Quelle contre indication de la porter à même la peau ? Je ne vois pas bien quelle est la fonction de la première couche dans le système 3 couches.
  • Si je ne devais choisir qu’une couche entre cette polaire et ma veste en Primaloft, laquelle serait la plus judicieuse à porter dans le contexte Spine ?
  • Pour une aventure type TDS, vaut-il mieux ma Primaloft Salomon ou cette polaire Millet + une veste coupe vent déperlante ? A poids égal la deuxième solution semble préférable car plus polyvalente.
  • Si je la porte sans surcouche, quelle va être la résistance à l’abrasion des épaules ?
  • Est-ce que le look teletubbbies est si impossible que ça ?
  • Cette veste se lave à 30°. Quelle va être sa durée de vie ?
  • Quel va être l’avis de mon pote Manu, qui vient tout juste de finir la fabuleuse Diagonale des Fous et avec qui nous sommes engagés sur The Spine, sur ce nouvel équipement ? Aux dernière nouvelles pour lui la Primaloft devrait suffire mais il faut aussi dire que la sienne est munie d’une capuche.

Test sur le terrain

Samedi 24 octobre  2015 – Mont Saint Aubert.

C’est très simple, je l’ai portée dans la voiture pour la demi heure de trajet mais une fois arrivé j’avais tellement chaud que je suis parti en simple T shirt pour une sortie dans l’été indien. Donc ce test confirme que l’affaire est vraiment chaude.

Dimanche 25 octobre 2015 – Flobecq.

Comme la veille j’ai complètement foiré mon test, je me suis forcé à porter cette veste polaire pour voir si elle était vraiment aussi respirante que ça. Il ne  faisait pas froid et un maillot en mérinos manche longue aurait parfaitement été adapté à l’aventure mais je suis parti avec cette putain de polaire en Polartec blah blah blah pour pouvoir en parler dans ce test.

Le résultat est assez bluffant. Globalement je n’ai pas regretté de porter cette veste. Je n’ai jamais eu froid (il n’y avait pas de vent) et sur du plat le vent « relatif », je veux dire le déplacement d’air provoqué par le coureur se marie bien avec cette veste, il permet le juste équilibre entre le refroidissement offert par le déplacement et la chaleur créée par l’effort. Cela dit dans les côtes, quand on est chaud, l’énergie ne se disperse pas aussi facilement que ça et la sudation apparait pour proposer sa résolution de la question. Quand on est trempé dans une cote c’est presque sûr que ce n’est pas une question de matos mais plus une question d’une énergie que le corps a vraiment beaucoup de difficulté à disperser sans recourir à la sudation. Après certaine montées j’ai l’impression que même tout nu je me retrouverai en sueur en haut…

 

 

 

 

 

 

Notes en vrac.

Il s’agit de mes notes prises lors de la rédaction de cet article.

Pour The Spine et compte tenu de l’expérience de Clare qui a fini en 2015 avec 6 couches de vêtements il me manquait une bonne polaire à capuche pour mettre en dessous de ma veste en Primaloft.

Baratin :
Bio mimétisme : génial cet argument. Je ne savais pas que les teletubbies étaient des animaux.

Pourrait être amélioré
Système de housse de compression dans une poche ou dans la capuche
Trou pour les doigts ?
Effet cagoule ?

Vidéo montrant la très haute compressibilité du tissus Polartec Thermal Pro High Loft : https://www.youtube.com/watch?v=9TFzru_hivU

résistance au vent : nulle
Résistance à la pluie : nulle
Chaud quand mouillé : ???
Porter à même la peau
Facile à laver en machine 30° ???
Look terrible. teletubbies.
Coupe pas terrible pour très grosse tête.
Vraiment orienté pour le système de couche (pas de résistance au vent ou à la pluie).
Plus agréable à porter que la primaloft (pas besoin de sous couche, plus respirant…)
Zone noire sous les aisselle pas très bien placée ?
Quelle utilité de la zone noire au bout des manches ? Permettre de remonter les manches (apparemment bien utile pour l’escalade)
Bien pour dormir (d’après Dale Wambaugh) et bien quand mouillé ?
Pas bête pour dormir dans une tente puisque dans ce cas la résistance nulle au vent n’est pas un problème.
Longueur des manches ?
Pure couche intermédiaire
Look peau de lapin.

Lien complet et intéressant en anglais : http://blistergearreview.com/gear-reviews/the-north-face-radium-jacket Le gars teste la veste North Face Radium Hi-Loft

Patagonia R3 : même matière

Patagonia R1 Hoody : avec zip remonte jusqu’au niveau du nez (fonction buff) mais qui est décalé pour ne pas toucher vraiment le nez. En Polartec Power dry (donc pas poilue comme le high loft).

Mountain Hardwear Monkey Man 200

Illustration : http://www.mountain-equipment.co.uk/polartec_thermal_pro

Je me suis interrogé sur la signification du vocable « high loft » et le mot loft. Le loft c’est le « fill power » / « fluffiness », le pouvoir de remplissage aussi traduit par pouvoir gonflant. High loft cela veut dire « fort pouvoir de remplissage ». C’est mesuré précisément pour comparer les qualité des duvets entre eux (unité CUIN)
Fluffy : comme du duvet ou aussi doux que du duvet

Avantage de cette veste par rapport au primaloft : vraiment très respirant, pas de couche de tissus serré pour tenir le primaloft. Cette couche de tissus (qu’on retrouve aussi avec le duvet) a beau censé être respirante, elle est vraiment moins bien que de la polaire en ce qui concerne l’évacuation de l’humidité. je me suis souvent retrouvé en nage dans ma veste en primaloft après une sortie automnale soutenue au mont Saint Aubert.

Mon cahier des charges : polaire technique avec capuche pour mettre en dessous de ma veste en Primaloft.
Dans mon idée initiale il s’agit d’ajouter la polaire quand la primaloft devient insuffisante. Finalement ça risque d’être l’inverse. Polaire puis polaire + primaloft s’il fait trop froid. Une autre raison de ce choix est que je n’ai pas de capuche avec la primaloft tandis que cette Millet en a une.

L’idéal pour The Spine serait de ne pas transpirer pour ne pas à avoir à gérer ces questions d’humidité sous la Gore Tex. Il se peut que pour ce genre d’épreuve ce soit sage de ne pas courir du tout en fait ?

Longueur de la polaire : plus c’est long mieux c’est.

Descriptif fabriquant :

Description du produit ROC HIGH LOFT JKT – Polaire Alpinisme

Le bon produit par temps de grand froid. Sa matière, le Polartec
Thermal Pro High Loft, est inspirée du bio-mimétisme : elle imite la
fourrure animale. Les fibres plus longues et plus épaisses prennent
modèle sur le pelage des animaux sauvages. Elles créent et maintiennent
le gonflant tandis que des microfibres denses, calquées sur structure de
fourrures aux poils courts, emprisonnent l’air chaud. On dit donc merci
à la nature pour ce produit incroyablement chaud et léger à la bonne
compressibilité ! En coulisses, la responsable développement des
produits Millet explique : « Ce modèle technique reçoit les finitions à
la hauteur de sa matière. Le stretch au poignet empêche le froid de
pénétrer, il fait barrière aux courants d’air. La capuche, ergonomique,
enveloppe bien et plaque bien, évitant de sortir le bonnet du sac. Elle
offre une grande protection à la zone cou-nuque. La poche poitrine à
accès rapide complète la panoplie. »

Activités : Alpinisme

CARACTÉRISTIQUES
Construction Dual Tech™ pour l’isolation et l’aisance Coupe sportive. Capuche ergonomique attenante2 poches repose-mains zippées. Poche poitrine zippée Ouverture centrale zippée, poignets ajustés

MATIÈRES
Polartec® Thermal Pro® High LoftPanels: Polartec® Power Stretch® Pro

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES
Average weight: 0,550 kg
Alpine Fit™

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *