Programme préparation UTMB

préparation UTMB
préparation UTMB

Il existe des genres de programmes de préparation UTMB comme il existe des programmes de préparation marathon mais si c’est ce que vous cherchez, passez votre chemin, on ne parlera pas de ça ici. Peut-être que vous pouvez continuer votre lecture si vous cherchez des conseils utiles pour devenir finisher, c’est à la fin. Bon, sinon, je n’ai fait quasiment aucune préparation spécifique pour l’UTMB à part 2 ou 3 séances de répétition de cotes le midi sur les 20m de D+ TDS de la Montagne de Wervicq et une séance de cuissot avec 1000m de D+ réalisés en enchaînant comme un hamster la section appelée The Wall sur Strava au Mont Saint Aubert.

Pour ma préparation physique je considère que l’ensemble de ce qui s’est passé les 3/4 années précédentes fait partie de ma préparation. On dit parfois « il faut 3 ans pour faire un traileur » et ça me correspond assez bien. J’ai fini l’UTMB 4 ans après mon premier trail sur une distance supérieure au marathon (c’était la Grand Alliance avec la confrérie). En ce moment je suis sur une base de plus de 3000 kilomètres par an entre les entraînement, les courses et les randonnées.

Lorsque j’ai pris le départ de l’UTMB je n’avais pas couru depuis 1 mois, 0 kilomètre de footing en 30 jours mais pas sans exercice puisque j’ai cumulé 450 kilomètres de randonnée au mois d’août avec environ 22.000 m de dénivelé positif au passage. Avec Véro on a fait quelques belles randonnées en Auvergne, le tour du Vieux Chaillol dans les Écrins et aussi de très belles randonnées comme l’ascension du Grand Pinier lors dune semaine basée à L’Argentière-la-Bessée.

Lorsque je m’étais inscrit à l’UTMB j’avais la tête dans The Spine Challenger et je n’avais pas encore couru la mythique distance de 100 miles. Je ne sais vraiment pas pourquoi je me suis inscrit sur cette course, tout ce que je sais c’est que j’ai du patienter 2 ans avec mes fameux points pour être sélectionné par le fameux tirage au sort de l’UTMB. Je sais aussi que mon désir de participer à cette course a étonné certains de mes potes comme Domi qui m’a demandé « mais pourquoi toi, Yann, tu veux participer à l’UTMB ? ». Je n’ai pas de réponse.

Je sais que j’ai plusieurs brouillons d’articles non publiés qui parlent de feu mon père. On avait fait le tour du Mont Blanc ensemble au début des années 80. Si j’avais 15 ans c’était en 1982, il y a 35 ans,  mais je ne me souviens pas de la date précise. Faire le tour du Mont Blanc avec ses fils aînés était le grand rêve de mon père. Ce n’était pas le mien mais j’avais adoré ces 2 semaines de rando. Je me souviens bien d’avoir couru un jour avec mon sac à dos pour arriver assez tôt dans un refuge pour y réserver nos nuits. Je me souviens de la grappa des guides servie au refuge Elisabetta en Italie, je me souviens du col de Checruit qui avait tant plu à mon père, je me souviens de la descente nulle vers Courmayeur dans les pistes de ski, je me souviens des petites voitures dans les rues de Courmayeur, on se sentait vraiment dans un pays étranger et c’était la première fois que j’allais en Italie, je me souviens de l’étape de la fenêtre d’Arpette si minérale et qui était notre étape préférée.

Voilà, une de mes principales réticences à faire l’UTMB était que je trouvais que ça dévalorisait le rêve de mon père. Faire en 2 jours ce que nous avions fait en 15 il y a un truc comme se baffrer vs déguster ou la pornographie vs l’amour ou consommer vs découvrir ou se faire plaisir vs partager. Je n’ai malheureusement jamais parlé d’UTMB et d’ultra avec lui, maintenant qu’il est mort toutes ces histoires m’apparaissent moins importantes et c’est sans doute pour ça que j’ai osé tenter ce truc.

Bon donc même si je n’ai pas fait de préparation physique spécifique pour l’UTMB l’aspect mythique de cette course fait que tout ceux qui l’ont déjà tenté ou réussi ont quelques conseils à transmettre aux gars qui tentent l’affaire pour la première fois. En vieux briscard je considère que dans les expériences de mes prédécesseurs il y a des leçons à prendre et j’ai été très éveillé sur tous les conseils pratiques liés au parcours de l’UTMB que je pouvais prendre.

Voici donc les conseils que j’avais en tête avant même de partir.

  • D’après Manu, il est important de bien se placer dans le sas de départ pour ne pas galérer en particulier dans la première descente qui peut être très glissante si on se présente dans les derniers et qu’il pleut.
  • Avec Antoine que j’avais accompagné dans ce sas 2 ans auparavant après ma TDS j’avais appris que d’arriver avec 2 heures d’avances c’était envisageable.
  • Toujours d’après Manu, la première descente vers Saint Gervais est une horreur. Je ne vous dit pas comme ça m’a inquiété cette histoire, moi qui suis un très très très mauvais descendeur.
  • D’après Jean-François Bombenger, un champion qui a fini plusieurs fois l’UTMB et que j’ai rencontré la veille du départ  au Chalet du Tour la section entre Saint-Gervais et Les Contamines-Montjoie c’est montant avec pas mal de « coup de culs » (des montées raides dans le langages des traileurs) et pas mal de gars arrivent cuits aux Contamines. Pour lui si on arrive frais aux Contamines il ne devrait pas y avoir de problèmes pour la suite.
  • D’après Manu il faut dormir 10 minutes toutes les 3 heures après 10 heures de course.
  • D’après le docteur Rémy Hurdiel il faut dormir dès que l’on peut entre 10 et 20 minutes.
  • D’après l’expérience de Simon et Olivier de 2016 la barrière horaire de Courmayeur est problématique. En fait il faudra que j’en rediscute avec eux car je n’ai pas compris où était le problème. Peut-être que les barrières horaires ont changées ?
  • D’après Manu à Arnouvaz il faut bien se charger en eau car la montée suivante est dure et c’est long avant le ravito suivant.
  • D’après un gars de Kikourou qui a écrit un bouquin de conseils sur les principaux ultras 95% de ceux qui quittent la base vie de Champex finissent l’UTMB. J’ai rencontré ce gars sur le stand Raid 28 du salon du trail.
  • D’après Manu il faut bien en profiter et c’est le principal. Ça c’est un très bon conseil.

Bon ben voilà pour un article sur la préparation de l’UTMB ça suffira je crois. La suite ce sera mon compte rendu UTMB.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *