Rêve ultra

Il fait nuit, je coure sur des planches régulièrement espacées et assez larges posées sur une eau noire. Je me dis qu’heureusement que la mer est calme car ça pourrait être impraticable. A gauche je ne distingue rien, c’est un peu sinistre. Je vais bien, j’avance bien, je ne suis pas fatigué je m’en fous de savoir si je suis dans les temps.

Tout d’un coup j’aperçois des bâtiments blancs éclairés sur la droite. Ils sont de forme parallélépipédiques, il y en a 5 ou 6 alignés sur 2 rangées parallèles. Sur chacun du haut d’un de leurs angles ils sont peints de couleurs vives et de grandes inscriptions noires identifient chaque bâtiment. Je n’arrive pas à lire ces inscriptions, c’est peut être du cyrillique.

Je suis sur d’être arrivé en Russie, peut être dans une cité minière en Sibérie. Je suis embêté car je ne parle pas le russe et parce que je n’ai pas de roubles sur moi. Je ne pense pas à me sauver, je poursuis mon chemin.

Je me retrouve ensuite dans une sorte de bar. Il y a du monde, le plafond est très bas, je ne repère pas de décoration particulière. Dans un coin, près d’un comptoir, il y a 2 vieux allemands qui boivent une bière. J’échange avec eux en anglais, je ne me souviens pas de notre conversation.

Je me retrouve dans une chambre, j’installe mon bivouac par terre. J’observe la chambre. Il y a un lit défait, un bureau, des bouquins. Je suis dans une petite chambre d’étudiant. Je n’ai pas l’autorisation d’être là. L’étudiant va rentrer, je vais le gêner. Je décide de repartir.

Je me retrouve de nouveau sur les planches sur l’eau noire, cette fois ci l’eau est à gauche, je suis en train de retourner sur mes pas. Je suis un peu embêté car je voudrais installer mon bivouac et l’endroit n’est pas propice.

Réflexions

  • Ce rêve n’est pas loin du cauchemar mais pour moi pas du tout. J’étais bien, à la fois déterminé à avancer et abandonné aux événements. C’est un rêve « post Spine » pour moi car c’était juste là mon attitude pendant la course : déterminé et abandonné.
  • J’avais bien repéré l’abandon dans ma façon de faire des ultra mais je suis content d’y accoler le mot déterminé même si je ne suis pas si sûr d’en être digne. Mon Spine a été un sacré calvaire mais je n’ai pas eu à lutter contre la douleur même si la vidéo de l’arrivée me rappelle que ce n’était pas facile facile.
  • Le bar au plafond bas me fait penser au bar de l’hôtel d’Inveroran sur la West Highland Way. J’avais bien aimé cet endroit et ça ne fait que 2 mois qu’on en est revenu.
  • Pour la Russie c’est presque sûr que ça a été déclenché par un coureur que j’ai dépassé lors de l’Aix’Trail qui portant un t-shirt Auchan rouge écrit en cyrillique. Cette course avait eu lieu le matin même du jour où j’ai fait ce beau rêve. Ça pourrait aussi venir d’un rêve que j’ai d’aller courir un ultra en Sibérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *