La Rota Vicentina au mois d’août. Une bonne idée ?

Carte postale de Carapateira
Carte postale de Carapateira

Quand on se renseigne sur la Rota Vicentina on obtient invariablement le conseil d’éviter les mois de juin juillet et surtout août car il fait trop chaud.

Donc après avoir passé 2 semaines sur la Rota Vicentina de Santiago do Cacém à Cabo de São Vicente au début du mois d’août, voici quelques observations sur cette expérience et autant de bonnes raisons pour ne pas avoir peur d’y aller en août.

  • Les mûres sont mûres le long du chemin. Comme elles sont très très bonnes, c’est un plaisir de s’en gaver à toute heure de la journée.
  • Il y a presque toujours de l’air et ce n’est jamais étouffant. La chaleur n’est pas lourde et on a pris notre temps le matin sans essayer particulièrement de ne pas bouger entre midi et cinq heures.
  • Les cistes dégagent une drôle d’odeur en plein soleil. Les feuilles deviennent huileuses. C’est très agréable et réservé aux randonneurs qui n’ont pas peur de la canicule.
  • Il y a plein de fruits intéressants dans les épiceries du parcours. C’est la saison des figues fraîches, des melons et du raisin.
  • L’impression générale n’est pas celle d’une végétation cramée par le soleil. Il y beaucoup d’arbres et d’arbustes qui gardent un feuillage vert en été.
  • Enfin comme il faut 2 semaines pour compléter la Rota Vicentina option Trilho dos Pescadores, si vous êtes comme moi et que vous travaillez et que vos congés tombent en août vous n’avez pas trop le choix en fait.
  • Le paysage de la côte est splendide. C’est vrai aussi les autres mois mais c’est quand même le principal intérêt de cette randonnée.
  • Le Portugal est un super pays pour les vacances. Les Portugais sont très gentils et on y mange très très bien pour bien moins cher qu’en France.

Conseils pour le matériel pour randonner au mois d’août.

Trucs à prendre.

  • Chapeau ou couvre tête. C’est vraiment le premier truc à ne pas oublier.
  • Crème solaire pour compléter le conseil précédent.
  • Toute petite laine genre mérinos pour les soirées fraîches et ventées dans le sud.
  • Une tente légère car le camping sauvage est facile au Portugal. Une tente autoportante c’est mieux car le sol est souvent sableux.

Trucs qu’on peut oublier.

  • Réchaud à gaz de type Primus Lite+ car d’une part on ne trouve pas les cartouches de gaz de 100 grammes au Portugal et d’autre part on est rarement bien loin d’un petit bar qui sert un excellent café.
  • La veste en Goretex et les vêtements de pluie. Une chose semble garantie en août au Portugal, c’est le grand beau temps.
  • Le maillot de bain car sur la Rota Vicentina, entre les plages naturistes et les plages désertes on peut souvent se baigner tout nu.
  • Les chaussettes blanches ce n’est pas une bonne idée car le chemin est souvent très poussiéreux et très salissant pour les pieds.
  • Un pantalon long car le dress code du Portugal c’est absolument le short pour les garçons.

2 commentaires


  1. Bonjour, j’ai une petite question à vous posez! Je compte faire le sentier des pêcheurs toute seule de Porto Covo à Sagres et j’ai très envie de faire ma rando en semi-autonomie, vous êtes l’un des rares témoignages qui ont l’air de l’avoir tenter. Est-ce donc possible de faire du camping sauvage tous les soirs ? Et deuxième question, les points d’eaux sont-ils nombreux ?
    Merci à vous
    Solène 🙂

    Répondre

  2. Le camping sauvage ne pose absolument aucun problème jamais sur la Rota Vicentina. Souvent d’ailleurs on peste contre les camping cars qui s’alignent à perte de vue dans des paysags qui auraient pu être sublimes sans eux.
    Pour la flotte un catadyn pourrait être utile. Il y a souvent des villages mais on a eu soif 2 ou 3 fois pendant la randonnée.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *