[Test] Adidas Supernova Riot 6

Adidas supernova riot 6
Adidas supernova riot 6

Avec une énorme saison en perspective (Maxi race, 10 peaks, TDS, The Spine Challenger…) je me trouve bien emmerdé car les Cascadia 10 sont manifestement trop fragiles pour ne serait-ce que terminer en sécurité la moindre de ces épreuves.

Je suis donc retourné chez Off Course (un bon magasin sur Lille) pour leur demander quel pompe prendre avec un cahier des charges simple : une pompe solide pour faire des ultra en partie en montagne.

Jean m’a proposé les Adidas Supernova Riot 6 en me disant que c’était ce qu’il avait de plus costaud et léger pour mon besoin.

Ce que j’ai bien aimé dans le magasin avec les Adidas supernova riot 6

  • Semelle assez souple pour des pompes destinées à l’ultra trail.
  • Crampons d’une marque de pneu (Continental) et c’est à priori un gage de solidité.
  • Semelle « plate » sans redan entre le talon et l’avant. J’aime bien ce type de semelle même si elle complique l’installation de guêtres.
  • Petite excroissance à l’arrière de la semelle. J’avais déjà eu ça sur les Salomon XA Pro 3D et j’avais bien apprécié le truc dans les descentes.

Ce qui ne m’a pas trop plu dans le magasin avec les riot 6 :

  • Beaucoup de mesh sur l’avant. Jean m’a dit que ce mesh était costaud mais je me méfie de l’obsolescence programmée dans les chaussures de trail.
  • Impression d’imprécision dans le maintien de la chaussure.

Examen approfondi des Adidas supernova riot 6

  • Crampons très peu épais, ce ne sont pas des pompes pour la gadoue (voir les Fellraiser pour cela).
  • Crampons dans une matière assez molle. La gomme « Continental » est bien plus tendre que la gomme « Vibram » que l’on retrouve sur les Lafuma Speedtrail par exemple. Je me demande si cela ne sera pas le point faible de la chaussure.
  • Pas de trou qui comme des sabords sur les bateaux permettraient d’évacuer le flotte qui pourrait être entrée dans les grolles.
  • Pare pierre sur l’avant assez mou et apparemment bien protecteur.
  • Mesh très respirant sur l’avant du pied et sur les cotés. Des pompes bien aérées. J’aime bien, l’eau va s’évacuer aussi vite qu’elle y sera entrée.
  • Languette bien rembourrée.
  • Passant dans la languette pour éviter que la languette ne se barre sur le coté.
  • Passant en haut de la languette pour bloquer la boucle des lacets ?
  • Arrière de la chaussure assez mou par rapport aux Cascadia et aux Speedcross.
  • Petites sangles cousues qui servent de passants pour les lacets. On dirait du bien costaud de ce coté là.
  • Lacet du genre plat en polyamide ou polyester texturé.
  • Aucune protection contre l’entrée de débris au niveau de la languette. Ces chaussures ne sont vraiment pas faites pour la gadoue.
  • Le drop serait de 10mm (contributeur Kikourou), rien sur ce sujet sur le site d’Adidas
  • Il existe une version supernova riot 6 chill speed lace avec un tissus Aerocool et un système de laçage du genre Salomon quicklace.

Test des Supernova Riot 6 sur le terrain.

53 kilomètres avec la Confrérie

Pour baptiser mes Adidas Supernova Riot 6 je les ai emmené dans mon premier ultra suivant l’achat : un 50 kilomètres avec la confrérie.

Plusieurs facteurs ont entravé la qualité de mon test.

  • Départ à minuit et cela implique une sacré baisse de la vigilance surtout pour moi qui m’endort habituellement avant 10h du soir. Donc je me suis plus centré sur le plaisir de tracer avec des potes que sur mon test et mes petites impressions sur mes nouvelles chaussures.
  • Quasiment tout le parcours se cour dans le sable avec de petites parties de bitume. Pas de gadoue, pas de torrents à traverser, pas de pierres glissantes, pas de cailloux donc pas terrible pour juger de l’accroche et de la qualité d’une paire de pompes.

Cela dit, quelques observations suite à ce premier test :

  • Chaussures agréables qui permettent une foulée qui se déroule bien.
  • Pas vraiment l’impression que l’amorti soit relativement important sur l’avant du pied.
  • Sur du bitume une drôle d’impression d’avoir l’impression d’atterrir uniquement sur l’intérieur du talon. Impression à confirmer.
  • Apparemment une bonne accroche dans le peu de gadoue de la sortie.
  • Dans le sable mou, impossible de se faire une idée sur une chaussure de trail.
  • Aucune ampoule ni impression de chaleur. Des pompes bien agréables jusqu’à la fin de la sortie.

Mon avis suite à ce test.

Il faut que je fasse encore quelques sorties avec les Adidas supernova riot 6 mais en tout cas ça commence assez bien. Mon prochain gros morceau c’est la Maxi Race autour du lac d’Annecy et je vais les y chausser sans barguiner.

Annexes

Baratin (d’autres appelle ça « technologies »)

  • Adiwear : indiquerait une semelle extérieure particulièrement résistante et du genre inusable (je ne demande qu’à confirmer)
  • Continental : caoutchouc censé garantir une accroche optimale sur les surfaces mouillées.
  • Adaptive traxion : « accroche parfaite quelque soit les conditions ». Je demande à voir…

 

4 commentaires


  1. Salut Yann,
    Merci pour ce test.
    Pour info, lors de mes débuts sur trail, il y a 3 ans, je me suis également laissé convaincre par Jean de prendre les Supernova. J’en suis à ma 3ème paire (1/an en moy.). J’ai fait avec ces chaussures le trail de la Côte d’Opale (sable), les Poilus (boue) et plus récemment l’ultra-trail du Beaujolais (caillasse), et évidemment de nombreuses sorties sur les remparts de la citadelle, les terrils et les monts de Flandre, par tous temps. Je te confirme tes premières impressions positives concernant l’amorti suffisant (sauf sur route mais ce n’est pas leur fonction), accrocheuse (sauf dans la boue profonde, nul n’étant tenu à l’impossible), le poids (plus lourdes que mes Voméro mais très bien placées dans leur catégorie), le confort (jamais d’ampoules ou d’ongles noirs), le dynamisme, la facilité du lacage, l’évacuation de l’eau, l’aération, et surtout la stabilité appréciable sur les terrains instables) … J’ajoute qu’elles semblent inusables ! A chaque fois, je les ai changées à l’approche d’une importante compétition, en m’imaginant (à tort) avoir plus d’amorti, mais je reprends régulièrement les anciennes paires à l’entrainement et n’ai constaté aucune usure significative des tissus et des semelles alors que mes 3 paires ont entre 500 et 800km chacune.
    A très bientôt j’espère.
    Benoit

    Répondre

  2. Bonjour,

    je vais partir en tour du monde à sac à dos, pouvez vous me confirmer que la Riot 6 est toujours un bon choix ?

    Pour ne pas avoir opter pour le modèle « speed lace » avec système aéro cool ???

    Merci

    Répondre

  3. Bonjour,
    Je dois être à ma 4ème saison en Riot. J’ADORE!!! (ne vous arrêtez pas à ce commentaire et lisez jusqu’au bout…) Franchement. C’est (et de loin) la meilleure chaussure que j’ai eue. Je fais du trail depuis plus de 10 ans et ces chaussures sont le top du top en ce qui me concerne. Je suis un bouffon milieu de classement, lent et lourd. Je privilégie le long (Petite Trotte à Léon, Tor des Géants, UTMB, Sainté, TDS, CCC, etc.). L’amorti est important. L’accroche également. ET mes premières Riot ont offerts tout cela. Et bien plus!
    Tout aurait été pour le mieux dans le meilleur des mondes si Adidas en était resté à la Riot 4… Avec la Riot 5 ils ont complètement loupé le coche en changeant l’attache des lacets sur la chaussures. Ils y ont mis un mini-sangle dans laquelle le lacet passait pour tendre la chaussure. Sympa en magasin. Mais en trail avec l’humidité et la boue cela se déchire. J’ai eu le problème sur trois paires que j’ai dues jeter après seulement 200-300km chacune.
    Puis est venue la Riot 6. J’en ai eu 3 paires. Même problème sur les trois paires: la semelle s’est lissée après seulement 300km (même 200km pour une paire utilisée sur les sentiers de Crête). La semelle est une catastrophe, les crampons s’usent beaucoup, beaucoup trop vite et n’accrochent pas (mais alors pas du tout) dans la pente en descente (et encore moins dans la boue).
    Je n’ai pas compté mais je dois être proche de 10 paires de Riot après tant d’années d’utilisation. Et bien j’ai décidé d’aller voir ailleurs. Je suis trop déçu et même dégoûté après le dernier trail de ce week-end (84km D+5300m) en Suisse couru dans la boue/argile et la pluie. Là où en montée je glissais franchement les autres concurrents montaient aisément. Et en descente encore pire: là où littéralement je devais y aller sur les fesses les autres trailers passaient pied au plancher. Trop c’est trop: je vais aller voir chez Salomon ou Lafuma si j’y suis…
    En résumé, pour une utilisation en chemins damés, pas de problème: aller avec la Riot 6. Mais pour du sérieux, long, engagé, fuyez!

    Répondre

  4. Adidas riot 4, 5, 6 top.
    Pour le laçage aucun problème jusqu’à présent.
    Semelle top, amorti top, accroche top, confort top.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *