[Test] Brooks Cascadia 14

Brooks Cascadia 14

Les dernières Cascadia étaient si fragiles qu’à chaque fois, j’hésitais à y revenir, pourtant, cela fait pas mal d’années que je m’en sers. Je suis encore à la recherche d’alternative (par exemple les Altra Lone Peak) et pour l’instant je n’ai rien trouvé de mieux. Donc quand ces Cascadia 14 ont été annoncées je n’ai pas résisté à l’idée de voir ce qu’elles valaient.

Les Cascadia 14 sont tout à fait différentes des précédentes versions.

Ce qui a changé par rapport aux Cascadia précédentes

  • Le plus grand changement porte sur la semelle. Les crampons dit pivots ont disparus.
  • La gomme des crampons est aussi différente. elle est censée donner plus d’adhérence.
  • La forme de la semelle a elle aussi changé. L’avant du pieds est moins fin, plus large.
  • Le drop est un peu moins important je crois (8mm vs 10mm avant). C’est bien.
  • Le tissus du dessus, celui qui a toujours été si fragile, a lui aussi changé, j’espère qu’il sera plus solide.
  • Les passants des lacets sont complètements différents. Je n’ai pas de point de vue sur cette modification. Sans doute que Manu aurait des choses à dire sur le nouveau système de laçage.
  • Couleurs horribles, on se croirait revenus dans les années 80.
  • Elles sont beaucoup plus légères.

Ce qui n’a pas changé

  • Les Cascadia sont toujours des chaussons même si depuis la version 13 la languette est moins rembourrée.
  • Les alentours de la malléole sont les même, les malléoles sont biens dégagées et la tige remonte quand même assez haut sur le talon.
  • Le petit scratch qui doit permettre de maintenir une guêtre est toujours là depuis les Cascadia 13 mais les guêtres correspondantes ne sont toujours pas plus disponibles.

Test et avis

210 kilomètres sur la cote d’Opale

Je les ai baptisées lors de la Grande Traversée de la Cote d’Opale avec la confrérie.

  • Elles étaient toutes neuves au départ. Aucun problème d’adaptation.
  • Une ampoule sur l’extérieur du gros orteil.
  • Pas d’échauffement des métatarses, c’est bien mieux sans les crampons pivot des Cascadia précédentes, Manu n’aura plus à se servir d’une lame de rasoir pour les raboter ces foutus crampons.
  • Aucun signe d’usure prématurée après ces 210 bornes.

Tour des Écrins et randonnées dans les Alpes – environ 400 kilomètres

Première impression

Elles sont parfaites. Elles se font complètement oublier. Les crampons ont l’air solide malgré les franchissement de pierrier de granit abrasif. Pas de douleurs dans les métatarses comme du temps où il y avait le pivot dans le crantage de la semelle. Le mesh souffre mais semble tenir bon. Seront-elles encore utilisables pour le Tor des Géants ?

  • Le mesh est explosé après 600 kilomètres sur mon pieds gauche, le droit est fatigué mais pas encore explosé. Peut-être que c’est du à des frottements sur des pierres dans les pierriers. Comme j’ai souvent fait des retours de Cascadia après beaucoup moins de kilomètres, j’ai l’impression que les 14 sont plus solides que les précédentes.
  • Aucune douleurs aux métatarses, ce n’est pas ce que j’ai comme expérience avec les précédentes, la disparition des crampon dit « pivot » est sans doute une bonne affaire. L’usage rando que j’en ai fait n’est peut-être pas le meilleur test sur ce point.
  • Une ampoule sur le côté du gros orteil.
  • Dans la montagne et dans les pierres ces chaussures manquent un peu de protection, en particulier au niveau des cotés de l’avant pied.
  • Sur le bitume (en particulier dans la descente vers Vallouise sur le tour des Écrins), j’ai eu l’impression d’avoir des chaussures de route aux pieds. Les Cascadia 14 sont parfaites sur bitume.
  • Après pleins de pierriers bien abrasifs je suis certain d’une chose, les crampons sont très solides. On a l’impression que la semelle est neuve après 600 kilomètres dont 400 dans la montagne.
  • Sur ces pierriers, l’adhérence des crampons de la Cascadia m’a étonné. La sensation d’adhérence ne faisait pas parti de mon ressenti avec les précédentes Cascadias.
  • Dans le Queyras, mon pote Lolo avais des Hoka super goretex. Il a beaucoup souffert de la non respirabalité de ses pompes. Moi, au contraire, je me suis rendu compte que mes Cascadia étaient hyper respirantes. Le mesh du dessus de la chaussure est vraiment hyper respirant.
  • Ce qu’il manque à ces chaussures c’est un moyen d’évacuer rapidement la flotte dans laquelle on peut tremper par exemple quand on met le pieds malheureusement dans un torrent. Les précédentes étaient munies d’ouvertures qui permettaient cette évacuation, dommage que Brooks ait oublié ce truc sur les Cascadia 14.
  • Pour le TOR des géants, j’ai décidé d’acheter une deuxième paire de Cascadia 14, je crois qu’elles sont vraiment bien.

200km et 1500m de D+ sur le TOR des géants

Eh oui la distance indiquée et le dénivelé ne correspondent pas à la totalité de l’épreuve. Je n’ai pas changé de chaussure en cours de route, malheureusement, j’ai juste été rattrapé par la barrière horaire.

Mes observations lors de cette aventure.

  • Le mesh n’a pas bougé, même pas encore de signe de fatigue au niveau de la pliure des métatarses. C’est vraiment bien.
  • Les crampons de la semelle sont toujours là malgré les pierres du chemin.
  • La protection est un peu limite sur un terrain aussi montagnard. J’ai vu Alexandre avec des Hokas de montagne qui avait des chaussures d’un tout autre calibre de ce point de vue là.
  • Peut-être qu’une semelle un peu plus protectrice serait intéressante.
  • La réduction du drop n’entraîne aucune gène.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.