[test] NatureHike VIK 2

NatureHike VIK

C’est une tente autoportante  mono paroi avec une aération au sommet. Pour les spécialistes c’est un genre de tarp ou tarp-tente avec moustiquaire intégrée, d’autres appelle ça une tente hybride. Pas le genre des tentes classique double paroi. Dans ce type de tente la principale inquiétude que l’on puisse avoir c’est la condensation mais ça se gère si on ne touche pas les bords de la tente et que l’on aère bien, une petite lavette en microfibres est sans doute à prévoir pour éponger la condensation le matin.

Je me pose la question de l’acheter pour ma fille qui se prépare à faire de belles randonnées.

Dimensions NatureHike VIK 2
Dimensions NatureHike VIK 2

Ce qui m’attire dans la NatureHike VIK 2

  • Je n’ai jamais testé de tente mono paroi. Je suis pourtant sûr qu’une tente mono paroi bien conçue fait aussi bien le job qu’une tente normale.
  • Tente très légère 1,35 kg pour une auto portante pas cher pour deux personnes. Une seule paroi = moins de poids, logique.
  • Système d’aération à l’endroit où on en a le plus besoin, c’est à dire au plus haut. Les anciennes versions avaient un système réglable de l’intérieur mais comme il y avait des problèmes de fuites ce n’est plus réglable que de l’extérieur (à confirmer, je n’en suis pas sur). Pour moi ce n’est pas gênant, sauf en cas de forte pluies chassantes le bazar doit rester ouvert pour limiter la condensation. Il semble que sur la version 2 personnes il y ait une prise d’air en bas d’une des deux extrémités (ou aux deux extrémités?). C’est une très bonne chose pour la circulation d’air dans la tente et la convection.
  • Il se pourrait que les aérations des extrémités basses puissent aussi servir à évacuer le ruissellement de la condensation. Ce serait assez génial pour les nuits avec une énorme condensation, ça éviterait de tremper le tapis de sol. D’après la géométrie de la tente il semble que le ruissellement principal se fasse le long des façades de la tente plus que sur ses pignons mais ce n’est pas gênant puisque ce ruissellement va aboutir aux limites des absides. Reste la condensation qui pourrait se former au plafond de la tente qui peut poser problème (remarque, sur ma Hubba Hubba, qui est bien moins bien ventilée ce n’est pas un problème majeur).
  • Arceaux en double Y avec faitière. On imagine que c’est très spacieux à l’intérieur.
  • Aucun risque de mouiller l’intérieur quand on la monte sous la pluie. C’est un avantage certain facilité par l’architecture mono paroi.
  • Moustiquaire intégrée, c’est quand même un must have quand on dort dans une tente, sinon autant dormir à la belle étoile avec un simple bivvy bag.
  • Structure externe. C’est un peu original, je trouve que le look est réussi.
  • Aimants pour le rabat qui couvre la fermeture éclair. C’est bien plus pratique que des scratch j’imagine.
  • Hauteur sous plafond de 90cm. Je crois que c’est bien assez pour être confortable. C’est 1m dans la Hubba Hubba et 10cm de moins ne devraient pas poser de problème (sauf pour les très grands sans doute).
  • Footprint livré « gratuitement » avec. Les chinois font toujours ça, c’est quand même bien, surtout que les occidentaux facturent cet accessoire intéressant une petite fortune.

Ce qui m’inquiète sur le papier avec la tente NatureHike VIK

  • La condensation est bien sûr ma première crainte. Je crois quand même qu’avec l’aération sommitale ça pourrait bien se passer en général.
  • Les dimensions intérieurs sont un peu juste (210×113). Quelque soit la tente la condensation peut se produire et dans une tente mono paroi il est important de ne pas toucher la toile avec son sac de couchage. Ces dimensions sont donc un petit peu juste pour être tranquille dans sa tente. De ce point de vue là, les 224 cm x 127 cm de la Tarpent Double Rainbow sont bien mieux pensés. je suppose que comme NatureHike est plus ou moins une marque chinoise pour les chinois ils ne font pas les mêmes choix que les américains.
  • En complément du point précédent il faudra faire très attention de planter la tente sur un sol plat pour ne pas glisser en dormant.
  • Toujours sur la condensation la structure crée une partie quasi plate au dessus du centre de la tente. Cela pourrait bien être un piège pour la condensation qui fasse que le ruissellement se fasse naturellement sur les sacs de couchage. Peut être qu’un bricolage intelligent serait de réduire la longueur de la sangle qui relie le toit aux arceaux à cet endroit là ?
  • Le vieillissement de la toile et l’éventuel perte de l’étanchéité n’est pas trop grave sur une tente double paroi puisque l’eau peut ruisseler mais c’est très embêtant avec une simple paroi. De ce point de vue là la fait que les joints soient « tapped » (étanchéifiés par une bande collée à l’intérieur) n’est pas un très très bon signe. Cela peut vouloir dire que du PU est utilisé pour l’étanchéité interne de la toile, le PU est renommé pour moins bien vieillir que le silicone. Cela dit ma Hubba Hubba NX est aussi « tapped » et après 6 ans d’utilisation l’intérieur de la toile est toujours en très bon état.
  • Deux absides mais une seule sert d’entrée. Pas génial pour deux personnes. Ça c’est vraiment moins bien que sur les tentes avec 2 vraies absides comme la Hubba Hubba NX, la Nemo Dragonfly ou la Sea To Summit Telos. En fait cette crainte s’est avérée erronée.
  • La moustiquaire semble descendre très bas, pas génial en cas de vent latéral.
  • Pas de système de tensions sur les sangles dans lesquelles s’encastrent les extrémités des arceaux. Je me demande comment se tend cette tente, peut-être que les sangles de connections aux arceaux sont en élastique ? Si c’est en élastique ce n’est pas un gage de bon vieillissement.
  • Haubans fournis, pas un bon signe de mon point de vue mais je n’ai pas l’impression qu’ils soient vraiment nécessaire sauf en cas de tempête annoncée. C’est aussi la galère de gérer les haubans quand on replie sa tente.
  • L’abside ne fait que 65cm de profondeur, c’est plutôt peu mais sans doute suffisant.

Points qui me sont indifférents sur la NatureHuke VIK 2

  • La deuxième abside est accessible par un petit zip pour avoir un espace de rangement. j’aurais de beaucoup préféré une deuxième entrée à cet endroit là. En fait il y a deux entrées, c’est dans la VIK 1 place qu’il y a ce petit zip pour accéder à l’abside.
  • Possibilité de transformer les portes en auvents avec des bâtons de randonnée. Je ne crois pas que cela puisse m’être utile.

Ma synthèse avant d’acheter la Naturehike VIK 2.

Je ne crois pas que j’oserai entrainer ma femme dans cette tente, je préfère le système à double toit pour aller randonner à deux, quand je suis seul, je pars presque toujours sans tente, juste avec mon sac de bivouac, mon sac de couchage, une toute petite bâche et un matelas du genre Thermarest. Par contre, je pense à offrir à ma fille une tente pour son anniversaire et comme elle n’est pas très grande, elle de devrait pas toucher la toile. Je crois que cette tente n’est pas mal du tout, en particulier pour la question du poids et de sa grande habitabilité. Son seul gros problème est qu’elle ne soit que simple entrée (FAUX : voir ci dessous)

 

Test de la NatureHike VIK2

Naturehike VIK 2 notes de déballage

  • Logo DurableWR sur le sac. Probablement une chinoiserie pour parler de DWR ? Un traitement déperlant pas durable du tout ?
  • Tissus de type ripstop
  • Modèle NH19ZP003-1
  • Impression de lourdeur du paquet, peut-être parce que c’est « dense » ?

Poids pesés sur ma balance de cuisine

  • Footprint 219
  • Sac footprint 9
  • Sangle velcro 5
  • Tente 705
  • Arceaux 523
  • 11 sardines 102
  • Haubans 15
  • Sac sardines 3
  • Sac arceaux 7
  • Sac tente 19

1386 avec tous les sacs et sans le footprint.

 

Premier montage dans mon salon

  • Il y a 2 entrées et 2 absides, ça c’est une sacré bonne surprise, les descriptions sur AliExpress sont vraiment mauvaises, je croyais qu’il n’y avait qu’une seule entrée dans la version 2 places.
  • L’arceau transversal n’est pas attaché à l’arceau principal. Il y a une petite pièce grise attachée à la toile pour faire la connexion. On pourrait craindre que ce soit compliqué à équilibrer mais ce n’est pas le cas.
  • La tente a l’air  parfaitement symétrique mais en fait elle ne l’est pas.  Il y a un pignon un peu plus bas que l’autre. La logique des poches intérieures et du sens d’ouverture des portes serait que le repère orange soit pour les pieds et le gris pour la tête. Par contre, dans ce cas, ce qui n’est pas logique du tout est d’avoir le côté avec le plafond le plus bas au dessus de sa tête quand on dort et le côté le plus haut du côté de ses pieds. Je ne comprends pas pourquoi NatureHike a compliqué comme ça cette tente. Pour ma part du coup le côté orange va indiquer le côté de la tête sauf en cas de paysage extraordinaire.
  • Du côté orange 2 haubans sur les extrémités du Y de l’arceau et du côté gris, un hauban qui part de l’arceau longitudinal.
  • Le système des clips ouverts de Naturehike est plus pratique que les clips qu’il faut forcer sur la Hubba Hubba.
  • Contrairement à ce que j’avais pu craindre, il n’y a aucune sangle en élastique pour monter la tente.
  • Pour les 4 coins, il y a un système très simple et non réglable, d’anneaux en ficelle pour relier aux sardines.
  • Pour les 2 aérations basses des pignons et les 2 absides il y a un petit tendeur sur les ficelles. Peut être que ça sert à reprendre la tension de la toile quand le polyamide s’allonge sous l’effet de l’humidité ?
  • Les 2 aérations basses ne peuvent pas être fermées. C’est moyen si on veut se protéger du vent mais c’est bien pour agrandir l’intérieur de la tente et éviter de toucher la toile avec son sac de couchage.
  • La moustiquaire descend extrêmement bas sur les portes. Si j’avais mon mot à dire dans la conception, j’aurais mis du tissus plein sur les 30 premiers centimètres pour limiter les courants d’air.
  • Je confirme que le système des 2 aérations sommitales n’est plus réglable de l’intérieur comme dans les premières versions de la NatureHike VIK.
  • Les aérations sommitales ont l’air bien conçues, pas trop de prise au vent quand elles sont fermées, un système de gouttière pour empêcher l’eau de rentrer dans la tente.
  • Il y a des bandes réfléchissantes au bas des pignons et aux bords des aérations sommitales.
  • A l’intérieur, un seul anneau en tissu au plafond, j’aurais préféré qu’il y en ait deux pour pouvoir tendre un mini fil à linge comme dans la Hubba Hubba, pratique pour les chaussettes et les lunettes.
  • La longueur de la tente me semble trop courte, la largeur aussi, à voir à l’usage.
  • Les coutures sont étanchées par un ruban collé, ça a l’air d’être de bonne qualité.
  • Le sol de la tente a l’air d’être assez costaud pour ne pas s’embarrasser avec le footprint.
  • Au démontage le système des clips est hyper pratique, le sac est bien grand, pas de galère.

 

Mon rêve de NatureHike VIK

Si j’avais la possibilité d’apporter des améliorations à cette tente, voici ce qu’elles pourraient être :

  • 10 cm de plus en longueur et en largeur pour être tranquille avec le risque de toucher la paroi avec le sac de couchage. C’est important de ne pas toucher la toile dans une tente mono paroi.
  • Des aérations dans les hauts des portes (voir par exemple la Nemo Dragonfly) plutôt qu’au sommet de la tente. Ça améliorerait la tenue au vent de la VIK sans perdre beaucoup en ventilation et en augmentant la chaleur dans la tente.
  • La possibilité de refermer les aérations basses des extrémités quand il y a beaucoup de vent et que la condensation n’est pas à craindre.
  • Du tissus plein et pas du mesh sur les premiers 30 cm des 2 portes. pour limiter les courants d’air au niveau des occupants en position allongée.

Autres éléments intéressants sur ce sujet – annexes

Avis exprimés par d’autres sur internet

  • Certains se plaignent du vent qui circule trop bien à cause de la moustiquaire qui descend très bas.
  • Le système d’aération a changé entre les premières versions et les suivantes. Certains ont eu de la misère avec le système réglable de l’intérieur qui a été abandonné (fuites). On dirait cependant que ça continue d’être réglable de l’intérieur.
  • Globalement quand même assez peu de plaintes sur la question de la condensation.
  • Le principal sujet d’inquiétude pour moi est que certains on mesuré 200cm au lieu de 210cm, pas cool pour une tente mono paroi où il faut le plus possible éviter de toucher le toit avec son sac de couchage.
  • Tient bien dans la pluie quand elle est neuve. Pas de retours exprimés après plusieurs années de service.
  • La couleur blanche n’est pas agréable pour ceux qui aiment dormir dans le noir.
  • Parfois le zip se coince dans la toile, il faut être attentif à ce point.

Autres tentes intéressantes du même genre mono paroi

  • Tarptent Double Rainbow. Beaucoup plus chère, moins auto portante que la Naturehike VIK, trop de mesh (sauf sur version Li trop chère) absides toutes petites, mais 2 entrées, plus légère (1.165 kg vs 1.35 kg), bonne gestion de la ventilation / condensation, système de bathtub réglable, possibilité de montage auto portant avec des bâtons, surface au sol plus grande
  • Six Moon Design Lunar Duo (moins d’air que dans la Tarptent Double Rainbow ?)

Liens et autres review

  • Vidéo de comparaison avec la NatureHike Cloud UP par Trev, certains commentaires sont assez intéressants.
  • Vidéo de test de la VIK 1 sous la neige.
  • Vidéo NatureHike VIK 2 personnes de 40 something dad. Une des rares vidéo centrée sur la version 2 personnes de cette tente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.