[Test] Tente ultra légère MSR Hubba Hubba NX

MSR Hubba Hubba NX
MSR Hubba Hubba NX

Bon, lors de mon passage au vieux campeur avec mon dossier de coup de pouce The Spine et ses 13% de remise sur tous mes achats là bas j’en ai profité pour m’acheter une tente pour de futures randonnées. Je voulais leur acheter une Vaude Power Lizard SUL 2-3P mais ils étaient en rupture de stock et leur vendeur m’a fait l’article sur la MSR Hubba Hubba NX et cela m’a conquis.

Les arguments du vendeur du vieux campeur.

Il a été assez bon avec ses arguments puisque je suis reparti avec la MSR Hubba Hubba NX alors que j’étais là pour acheter la Power Lizard SUL 2-3P.

  • Tente plus polyvalente que la Vaude Power Lizard. En particulier plus adaptée aux nuits chaudes.
  • 200 grammes plus lourde que la Power Lizard mais ce n’est rien.
  • Adaptée aux climat chauds car plus de moustiquaire dans le toit intérieur.
  • Possibilité de monter seulement le toit intérieur pour profiter des étoiles.
  • Possibilité de monter le toit extérieur en premier (argument important pour moi) si la pluie est un problème.
  • Le fait qu’elle soit autoportante est un vrai plus. Montage facile sans trop se préoccuper du terrain et du sol.
  • 2 portes latérales et c’est un vrai avantage quand on part à 2.
  • 2 absides. On a vraiment de la place pour stocker chacun son matos.
  • Très facile à monter.
  • Plus aérée que la Power Lizard. Meilleure gestion de la condensation.
  • Plus d’habitabilité que la Power Lizard qui reste une tente de type tunnel.
  • Tente facile à ranger avec des sangles bien foutues sur le sac de rangement qui permettent une compression dans la largeur et dans la longueur. Une fois comprimée, on obtient une boule de la taille d’un ballon de foot.

A un certain moment je me suis dit en moi même « putain l’enfoiré, il est en train de me convaincre ». J’étais venu là pour repartir avec la Vaude et il me faisait repartir avec une tente 200 grammes plus lourde que je n’avais pas étudié dans mon études sur les tentes ultra légères. Je lui ai fait part de ma réflexion et ça l’a fait sourire. De toute façon, il savait qu’il avait réussi à vendre sa MSR Hubba Hubba NX.

Rétrospectivement, par rapport à la North Face O2, une autre tente que j’ai étudié de près,  les 2 trucs important sont la couleur plus sobre et la probable meilleure résistance au vent.

Remarques suite à un premier montage dans mon appartement.

  • Système de l’arceau unique intuitif. Pas de sens pour ce montage, tout est symétrique.
  • Il y a un code couleur pour installer le toit extérieur que je n’ai pas capté.
  • Toit extérieur de couleur grise.
  • L’idée de monter le toit extérieur avant semble saugrenue, à tester.
  • Quelques difficultés pour enfiler la tringle sommitale dans ses sangles. La longueur des sangles n’est pas réglable à ce niveau là.
  • Super système d’ouverture de ventilation de chaque coté de la tente. On sent bien que ça peut vraiment bien servir. Système très bien conçu de tringles qui se rangent le long de la toile quand elles ne sont pas nécessaires.
  • Double toit qui descend bien bas. Le vent ne devrait pas être un problème.
  • Pas de haubans fournis avec la tente. Il faut se procurer une petite bobine de ligne en Dyneema pour bien assurer la tente en cas de vent.
  • Hauteur sous plafond vraiment impressionnante. On peut se relever sans se retrouver avec la tête dans la tente.
  • Murs quasi verticaux. Faut quand même pas exagérer sur la verticalité mais c’est très agréable
  • Système de rangement dans un filet à chaque extrémité de la tente de bon aloi.
  • Longueur de la tente un peu juste pour mes 1m82. Je touche à la fois de la tête et des pieds. Pour les gars plus grands cela risque d’être compliqué.
  • On dirait que le toit extérieur ne touche pas du tout le toit intérieur. La gestion de la condensation et des écoulements suite aux intempéries ne semble pas problématique avec cette tente.
  • Les matériaux sont hyper légers. Pour l’étanchéité du toit extérieur, la géométrie de la tente me rassure. On sent que l’eau peut s’écouler librement, que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur de la tente.
  • Un système de gouttière coure le long des ouvertures latérales. J’ai quelques doutes sur son efficacité mais c’est prévu quand même.
  • Le tissus du sol de la tente semble assez fragile. Un tapis de sol ne semble pas superflu pour protéger ce très fin tissus.
  • Au début j’ai essayé de défaire le zip par le bas de la porte. C’était parfaitement stupide. La porte s’ouvre entièrement quand on porte les curseurs du zip en haut et non pas en bas.

Deuxième montage dans la nature de  la MSR Hubba Hubba

Lors d’une petite randonnée d’une journée dans les dunes du Touquet, je suis parti avec la Hubba Hubba NX dans le sac à dos. Comme elle ne pèse pas trop lourd c’est pas con de partir avec elle.

Après une petite collation, nous l’avons installée pour y faire une petite sieste. S’il avait plu, cela aurait été encore plus utile même s’il aurait fallu s’occuper du séchage de la tente plus tard et s’il avait fait un peu plus froid on aurait aussi pu se faire un petit café pour tester mon réchaud Primus Lite+.

Quelques observations suite à ce deuxième montage de la MSR Hubba Hubba NX.

  • Le montage est vraiment très facile et rapide. Moins de 10 minutes pour un deuxième montage et il doit être possible de passer sous les 5 minutes.
  • Pas besoin d’être à 2 pour monter la tente.
  • Ma copine a déclaré que c’était très bien pensé tout ça et ça lui a aussi paru très simple le montage de cette tente MSR.
  • Faire attention à l’équilibre de la fixation de la moustiquaire. Sur ma vidéo on voit bien que les arceaux sont trop tendus vers la gauche.
  • Faire attention au sens du montage du double toit. Il y a un recto et un verso. La gouttière doit être au dessus. Le sigle MSR doit être lisible au montage.
  • Il y avait beaucoup de vent et il faut faire attention au montage car la tente est très très légère et peut facilement s’envoler. Penser a accrocher les 4 coins du toit intérieur avant de s’occuper des arceaux.
  • 6 piquets avec la tente. Le test dans le sable n’est pas très intéressant. J’ai peur de les perdre et il faudrait mieux leur ajouter un petit anneau en tresse Dyneema fluo ou mieux encore réfléchissante pour mieux les repérer. Les piquets sont déjà percés pour qu’on y passe une tresse de repérage.
  • Certains se plaignent d’une forte prise au vent car le toit extérieur ne descendrait pas assez bas. C’est sur que ça claque dans le vent mais ça a l’air acceptable et bien moins dramatique qu’avec la tente The North Face O2.
  • Le bas du toit intérieur est en tissu plein et ce système limite vachement bien les courants d’air perçus quand on est allongé.
  • Les tissus ont vraiment l’air d’être hyper fins mais assez costauds quand même. Je n’ai aucune idée sur la durée de vie de la tente MSR Hubba Hubba NX.
  • Certains se plaignent de condensation mais la tente semble très bien ventilée et le toit et double toit ne se touchent jamais. Peut être qu’il manque quand même  une ventilation haute ?
  • Le rangement en tapon dans le sac de transport est super. Pour le long terme je me dis qu’un pliage soigné affaibli toujours le tissu au même endroit tandis que le repliage tapon va très très vite et pourrait être préférable pour le vieillissement de la tente. Adopté.
  • Un peu d’humidité en décembre pour ce test dans les dunes du Touquet. Cela a permis de se rendre compte que la finesse de la toile lui permet aussi de sécher hyper rapidement.

Conclusion de ce premier montage sur le terrain.

Pour l’instant je ne regrette pas mon choix (ou plutôt celui du vendeur du Vieux Campeur) sauf que j’aurais quand même préféré la couleur verte.

Commentaires de la vidéo.

J’ajoute ces lignes près de 2 ans après avoir publié cette vidéo vraiment minable qui a curieusement été vue près de 10.000 fois sur Youtube. J’adore les commentaires du genre « is this a comedy ? » « No it’s just french ».  Ce commentaire là je ne capte pas : 플라이 거꾸로잖아..ㅋㅋㅋㅋ. Par contre un commentaire intéressant : « The cross-pole goes OVER the top of the long pole not under. » Donc il faut que le petit arceau transversal soit positionné au dessus de l’arceau principal et non pas en dessous, je ne savais pas que c’était si important…

Choix de la couleur

J’ai acheté une tente de couleur grise alors qu’il existe la même en vert. Le gars du Vieux Campeur ne m’a pas dit que j’avais le choix. Peut être qu’ils n’avaient que le gris en stock ?

Pour ce choix de la couleur verte ce n’est pas un drame si on considère que l’on monte la tente le soir à la tombée de la nuit et qu’on remballe au lever du jour.

Le vert est généralement préférable au gris pour le camouflage mais le gris ça fait ressembler la tente à un petit rocher et ça peut aussi être un bon camouflage dans certains paysages.

 

Test 1 mois en randonnée au Portugal en Août.

  • Astuce de montage : pour positionner le double toit le sigle MSR doit avoir sa face « sombre » vers l’intérieur de la tente et sa face claire vers l’extérieur. Cette astuce vous évitera la honte de ma vidéo au Touquet.
  • Là maintenant je ne vais pas parler d’une astuce mais plutôt d’une caractéristique de la tente qui m’avait échappé. Il y a un sens pour les ouvertures et la tente n’est pas aussi symétrique qu’elle en a l’air, elle est symétrique entre la gauche et la droite mais il y a un avant et un arrière. Je sais c’est idiot mais comme je ne suis peut être pas seul dans ce cas je partage…
  • Lors du montage, c’est le côté avec les sangles rouges qui sera celui de la sortie. Le double toit aussi a un sens et il est repéré par le même code de couleur, rouge pour l’entrée et sortie et gris foncé pour l’autre côté.
  • Aucun problème de condensation mais air sec et petit vent. Les 2 systèmes d’aération aux 2 extrémités fonctionnent bien. Ça c’est écrit après les 2 premières nuits car condensation catastrophique les 2 nuits suivantes. Comme il y avait du vent juste au coucher du soleil on avait à chaque fois fermé l’aération du côté venté et au matin on nageait dans l’eau. Le premier jour on a bêtement secoué le double toit pour faire dégringoler les gouttes d’eau mais ça n’a pas bien fonctionné et tout ce qui se trouvait dans la tente a été trempé. Le deuxième jour avec problème de condensation le double toit s’est tellement détendu sous l’effet de l’humidité (c’est peu connu mais la molécule de polyamide s’allonge sous l’effet de l’humidité, un peu comme les cheveux, on pourrait s’en servir pour faire des hygromètres) qu’il (le double toit) en est venu à toucher le toit intérieur et ça ce n’est pas bon non plus. Tous ces problèmes de condensation c’est bien embêtant quand on est itinérant et qu’il faut replier la tente avant qu’elle n’ait eu le temps de sécher. J’ai eu peur que ma tente prenne une odeur de moisi et la bonne nouvelle est que chaque soir, lors du remontage la tente était encore trempée mais au moins pas puante.
  • Dommage que le footprint ne couvre pas les 2 absides. Le footprint est bien pratique pour protéger le fin tissus du fond de la tente, il sert aussi lors du pliage de la tente pour faire les sacs et aussi lors des petites pauses dans la journée pour nous isoler de la poussière des talus. Super pratique aussi pour s’isoler du sable et sécher au soleil après un bain de mer. Pour moi le footprint est un « must have » même s’il est trouvé beaucoup trop cher pour ce que c’est par beaucoup.
  • Je ne suis pas le seul a avoir cherché à ouvrir la tente avec les 2 zips en bas. Rappel : la toile extérieure est ouverte avec les 2 zips en haut. Dis autrement : le zip du bas permet d’ouvrir mais manipuler le zip du haut ne sert à rien quand il s’agit d’accéder à la tente.
  • Bien pratique les 2 portes pour profiter d’un éventuel souffle d’air pendant la canicule.
  • Le système auto portant est vraiment pratique par exemple pour planter la tente dans le sable. Un autre avantage est qu’il n’y a pas besoin de haubaner et que ça prend une place minimale au sol. Pour installer à l’arrache c’est bien commode. Il faut juste prendre en compte la largeur des absides quand on se sert du footprint comme gabarit. L’aspect auto portant sera repris dans mon cahier des charges pour une ma prochaine tente.
  • La couleur gris clair c’est pas mal pour le camouflage en Algarve. Le vert n’apporte pas grand chose quand toute la végétation est grillée.
  • Les petites tresses réfléchissantes sont amusantes quand on regagne la tente à la lumière de la frontale mais c’est vraiment un gadget d’autant qu’il n’y a pas de haubans dans lesquels se prendre les pieds.
  • Après quelques montages j’ai un des 2 éléments de l’arceau supérieur un peu tortillé mais ce n’est apparemment pas trop grave.
  • Dans un camping j’ai vu une autre MSR Hubba Hubba NX et le tissus gris de l’extérieur m’a semblé d’une couleur et d’une texture légèrement différente de la mienne. L’autre faisait aussi beaucoup moins de plis, comme si le tissu était plus élastique ?
  • À Cabo São Vicente il y a beaucoup de vent et j’ai donc pu tester la Hubba Hubba NX dans la tourmente. Au début la tente était montée assez lâche comme d’habitude mais le double toit claquait de façon épouvantable dans le vent. Je suis sorti pour tirer sur les sangles qui retiennent le double toit et une fois la toile bien tendue les claquements se sont bien estompés. Le système de la moustiquaire qui ne descend pas à plus de 30 centimètres du sol est très efficace pour éviter les courants d’air au niveau des dormeurs. Reste à tester la tente dans une vrai tempête maintenant.
  • Remarque sur les piquets fournis par MSR : j’ai lu que certains ne les trouvaient pas terribles et les changeaient pour mieux ( des ultra légers en Carbone) mais de mon point de vue ils sont parfaits. Ils sont costauds et tiennent bien la tente dans tous les terrains et y compris dans le sable. Dans les sols durs j’étais bien content d’avoir ajouté une petite cordelette en dyneema car sinon je ne sais pas trop comment j’aurais récupéré mes piquets en aluminium. Leur structure avec 3 arrêtes les rend très rigides et même quand on butte dedans avec les pieds on ne les tords pas. C’est aussi cette structure qui fait sans doute qu’ils tiennent aussi bien dans le sable malgré leur faible longueur. Leur poids est quasiment négligeable (56 grammes avec ajout d’une petite tresse en dyneema de type kite surf).
  • L’habitabilité de la tente est vraiment bonne pour 2 personnes. Avec 2 matelas gonflables étroits il y a plein de place sur les cotés et aussi au bout. Le sol dessine un rectangle « parfait ». C’est bien agréable, les matelas ne sont pas gênés. Étant relativement grand (1m82) j’ai trouvé que la place en longueur était très convenable. Il y a même moyen de stocker son sac à dos à ses pieds pendant la nuit.
  • Le rangement / pliage de la tente n’est vraiment pas prise de tête. Le sac de compression fonctionne bien et est bien utile pour faire rentrer la tente pliée dans un petit sac à dos (genre OMM 25 litres). Les sacs pèsent environ 113 grammes et pour moi c’est sur mon dos qu’ils ont leur place.
  • Comme il ne pleut pas en Algarve au mois d’août, je ne peut rien dire sur l’étanchéité lors de ce test.

Contrôle du poids de la Hubba Hubba NX

J’aurais du faire mes pesées a premier déballage mais je n’ai fait après mon retour du Portugal donc après que la tente ait déjà servi un peu et avec quelques modification négligeables (coupe de l’étiquette de consignes incendie et ajout de quelques centimètres de cordelette dyneema à chaque piquet).

En 2 mots MSR ne se moque pas du monde, leurs poids annoncés me semblent avoir été calculé sérieusement.

Poids constatés :

  • Toit intérieur : 552 grammes
  • Toit extérieur : 543 grammes
  • Mat : 425 grammes
  • Piquets : 56 grammes
  • Total sans les sacs : 1576 grammes (1540 grammes d’après le fabriquant)
  • Sacs : 113 grammes
  • Total avec sacs : 1689 grammes (1720 grammes d’après le fabriquant)
  • Footprint : 196 grammes
  • Total avec footprint : 1885 grammes

Remarques sur le poids.

  • Il existe des tentes plus légères mais elle sont rarement auto portantes.
  • Sur mon modèle ce sont les piquets en aluminium MSR Mini Groundhog, il semble que MSR fournisse parfois des piquets plus simples sur certaines tentes (Needle tent stakes – prévus pour les sols durs et caillouteux).
  • Dans ma pratique de rando légère j’ai pris l’habitude de parti avec le tente complète avec les sacs et le footprint.

 

 

6 commentaires


  1. Bonjour,

    Suite à votre article (et à d’autres lus sur internet), je me pose la question de faire acquisition de la tente Hubba Hubba NX.

    Avez-vous d’autres retour à me faire depuis la rédaction de votre article ?

    J’ai vu la tente montée au Vieux Camp, le tissu du sol m’avait en effet l’air d’être hyper fin… quid de l’étanchéité et de sa résistance dans le temps ?

    Le tissu du toit est hyper fin aussi. Au niveau des forces de tensions il ne devrait pas y avoir de problèmes (même matière que les toiles de parachute apparemment), les déchirures pourraient provenir d’objets plus contondants (branches, pierres…). Est-ce que les 20D d’imperméabilité donnés pour le toit sont suffisants ? Est-ce que l’on est au sec après une nuit entière passée sous une bonne pluie ?

    Les avantages après sont nombreux je trouve : le poids, le volume une fois repliée, l’espace habitable, les auvents…

    Cette tente servira, en campagne, en forêt, en moyenne et haute montagne (Belledonne, Alpes, Bauges…).

    Merci d’avance pour le temps que vous pourrez passer à répondre à mes questions. Les avis des vendeurs en magasin ne sont pas vraiment neutres 🙂 !

    Bonne journée et bon weekend

    Répondre

  2. Malheureusement c’est difficile pour moi de répondre à tes question. Depuis mon achat je n’ai dormi en fait qu’une nuit dedans, lors d’une randonnée en Corse.
    Pour le sol hyper fin j’ai pris le footprint optionnel et cher et c’est moins inquiétant.
    Pour l’étanchéité je n’ai pas testé sous la pluie mais ma théorie est que si l’eau transperce la toile il faut que la gravité l’entraîne le long de la toile sans faire de gouttes qui tomberaient sur les occupant de la tente. de ce point de vue la Hubba Hubba Nx ne m’inquiète pas.

    Voilà, désolé de ne pas pouvoir te rassurer plus.

    Répondre

  3. Déjà un grand merci pour cet écrit et l’humour qui l’accompagne.

    Je me rends compte qu’une association n’est jamais faite pour bien identifier ses besoins : sac de couchage/tente

    La Légion, je l’ai quittée il y a 10 ans. A l’époque, c’était bâche et tendeurs. J’ai ressorti le vieux matos pour des raids en forêts, et 2 bâches assez grandes pour 2 pax (1 au sol et 1 en toit) + 6 tendeurs (le tout mouillé) = 3Kg

    Le marché des tentes aujourd’hui propose suffisamment de tentes 1/2 pax pour moins de 3Kg.

    Mes besoins : un portage optimisé pour des raids tout temps de la plaine à la moyenne montagne de 15 à 20 jours à raison de 45 à 50 Km/J

    J’ai opté pour un sac de couchage SWING 700 (duvet de canard) pour l’hiver avec une limite de confort à -10°.
    Avantages du canard par rapp. au synthétique : excellente isolation thermique / poids léger / petit vol. compressé
    Inconvénients : bye bye isolation thermique une fois mouillé car ne se gonfle plus et n’emprisonne donc plus l’air / bcp plus long à sécher / prix

    En conséquence, mes critères de sélection pour une tente : masse / imperméabilité / aération
    Sac de couchage + sursac si nécessaire + cagoule et chèche me protègent suffisamment du vent et du froid, donc tente ouverte pour éviter la condensation.

    Du coup, une seule question pour la Hubba Hubba NX (moi et mon matos) : la géométrie de la toile de toit permet-elle réellement un écoulement extérieur sans pénétration ? ; la condensation peut-elle être totalement évitée par les ouvertures 4 côtés (absides latérales ouvertes de moitié + fenêtres d’aération tête et pieds ?)

    Répondre

    1. Pour la géométrie du toit extérieur et sa capacité à bien évacuer l’eau je crois que la réponse est oui. Pour la condensation tu as raison d’envisager d’ouvrir le haut des absides mais il me semble que malheureusement, les ouvertures latérales sont placés bien trop bas pour permettre une aération optimale. Il me semble que le problème dans une tente est d’avoir une belle aération très haute pour évacuer l’air chaud de l’intérieur de la tente.

      Répondre

  4. Bonjour,

    Petite astuce que m’a donné le vendeur du Vieux Campeur de Toulouse plutôt que d’acheter le footprint de MSR vendu 45€. Il m’a conseillé d’acheter une couverture de survie rigide, celles qui sont dans les 3,50€ en plastique réutilisable. Elle fait exactement la bonne taille, ça protège bien et ça ne pèse pas lourd.

    Ca fait maintenant 2 ans que je l’utilise avec ma tente et j’en suis super content. D’autant plus que ça isole aussi du sol et que du coup je ne mets plus de couverture de survie à l’intérieur, même en hivers. D’une pierre, deux coups.

    Bonne journée !

    Répondre

  5. Bonjour,

    J’espère que vous verrez mon message assez tot mais je me prends un peu au dernier moment ^^
    Voilà je pars en Islande dans 2 jours et je compte sur cette tente pour m’héberger. Ma plus grosse crainte? Monter ma tente sous la pluie… en effet si j’ai bien analysé on peut monter les arceaux seulement dans la tente intérieur.. est-ce que c’est possible de monter d’abord l’extérieur et de monter l’intérieur dessous Avec les arceaux?

    Merci d’avance

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *