Trail de Guerlédan vs ITRA – quelques réflexions sur l’esprit trail

NO ITRAEn ce moment, mon Facebook est tout en émoi. Les organisateurs du trail de Guerlédan ont décidé de ne pas payer les 50 euros qui leur permettraient de faire de leur trail une course qualificative pour l’obtention des points nécessaires à l’inscription à l’UTMB. Dans un communiqué des organisateurs publié sur Yanoo, ceux ci expliquent assez brièvement leurs raisons :

Après information, le trail de Guerlédan n’est plus une course qualificative pour l’UTMB 2015. Pour être une course qualificative, il faut faire agréer sa course par l’International Trail-Running Association (ITRA). Pour être agrée, il faut d’abord régler une facture de 100€ ou être adhérent à cette organisation. Pour information Michel Poletti est Président de L’ITRA. Mme Poletti est présidente et de la structure UTMB. En tant que président, je n’adhère pas à cette pratique. Il y a pour le moins un manque d’indépendance. Donc, nous ne souhaitons pas demander l’agrément.

Cette prise de position a attiré beaucoup de sympathie le la part des traileurs. La nouvelle a été beaucoup relayée sur Facebook et est généralement vue positivement. D’autres organisateurs de trail ont adopté la même conduite et il est même né sur Facebook un groupe NO ITRA qui a un succès indéniable.

Évidemment, devant ce genre de sujet, me considérant moi même comme traileur, je me suis demandé quelle position prendre et s’il fallait soutenir cette initiative. Ce qui suit n’est absolument pas autre chose qu’un billet d’humeur, je ne revendique aucune objectivité.

Bon donc suite à cette histoire, j’ai d’abord été voir le message initial publié sur Yanoo et j’ai trouvé l’explication reproduite ci-dessus, qui axe son attaque sur les personnes (la famille Poletti) et l’argent (100€), assez faible. J’aurai bien aimé en savoir un peu plus.

Perplexe, j’ai alors été intrigué par cette photo :

organisateur du Trail de Guerlédan
organisateur du Trail de Guerlédan

Le premier truc qui m’ait choqué c’est l’abondance des logos de sponsors derrière le speaker. EDF et ses centrales nucléaires, un assureur (GROUPAMA), la grande distribution (U, les nouveaux commerçants), la presse (Endurance mag), des territoires (région Bretagne, CCKB), des voitures (Opel) et d’autres non identifiés. Tout ces sponsors laissent à penser que ce trail est tout à fait capable de payer 100 euros pour obtenir le label UTMB. On est là manifestement loin du trail organisé par des copains pour des copains. Si EDF et son énergie nucléaire sont porteurs du fameux « esprit trail », c’est que quelque chose ne tourne plus rond sur cette planète.

Un autre truc particulier, c’est le sponsor Salomon. Un fameux équipementier du trail qui fait fabriquer les trucs qu’on leur achète en Chine et ailleurs. Il est où l’esprit trail quand ce sont des chinois payés par un bol de riz qui nous équipent ?

D’ailleurs si un trail sponsorisé par Salomon (tous les organisateurs arborent cette marque sur leur T-shirt et le trail de Guerlédan fait partie de « National trail running cup » sponsorisé par Salomon) prend une position apparemment « suicidaire », il y a sans doute des bonnes raisons. Sachant que l’UTMB est sponsorisé par une marque concurrente de Salomon (ce n’est plus l’UTMB, c’est The North Face ® UTMB, avec ce petit ®, si indispensable), la question que l’on peut se poser est si je n’aurais pas du intituler mon article Salomon® vs The North Face® ?

Ce conflit Salomon® vs The North Face® ne date pas d’hier et il me semble que The North Face® a voulu faire payer Salomon® pour son usage de l’UTMB® dans sa promotion. Genre The North Face® empêche Salomon® d’utiliser des photos de « ses » coureurs prisent lors de l’UTMB®. On est là encore loin de l’esprit trail…

Un autre point à lever « contre » la position prise par le trail de Guerlédan est que de se rebeller contre les dictats de l’ITRA/UTMB® ne faire perdre qu’un point aux participants. Sachant qu’il faut maintenant 8 points en 3 courses pour pouvoir s’inscrire à l’UTMB, les courses à 1 point sont à peu près inutiles (sauf pour les gars qui visent la CCC® ou la TDS®) et ça m’étonnerait que beaucoup de traileur s’alignent sur ce type de course uniquement pour obtenir ce petit point. Les gars de Guerlédan ne prennent donc pas beaucoup de risque de ce point de vue.

Bon, voilà, je crois que j’en ai fini avec le trail de Guerlédan, place maintenant à quelque considérations plus générales.

Je n’ai évidemment pas connu l’époque de la création du Tour de France mais la wikipédia est là pour nous renseigner et nous permettre de faire des parallèles avec l’univers du vélo. Il y a plus de 100 ans le vélo n’était sans doute pas beaucoup plus structuré que le trail aujourd’hui. Des conflits minables entre 2 journaux nous ont donné cette fameuse course de vélo. Dans les univers non structurés, les conflits sont saignant et rejaillissent plus facilement en dehors du microcosme.

Il se pourrait que l’on soit plus ou moins en train de vivre dans le monde du trail ce que les cyclistes ont enduré il y a plus de 100 ans. Nos évènements phares ne sont pas que de simples réunions de traileurs amateurs, il y a des organisateurs qui en vivent, des marques qui font leur promo, des professionnels qui arborent les couleurs de leurs marques, des « teams » qui correspondent aux équipes du tour de France, des vedettes qui signent des autographes, des trucs comme le dopage qui permettent de se dépasser, des journaux qui nous racontent tout ça, des traileurs de bases qui achète des fringues de marque (je ne suis pas le dernier pour ça, voir ma rubrique matos)… A mon avis les polémiques comme celle de l’ITRA ne sont que le reflet des conflits qui agitent les entreprises qui vivent du trail. Il n’y a dans l’affaire ni bons ni mauvais, mais uniquement des conflits entre des organisations en compétition. En fait que ce soit Salomon® ou TNF® qui gagne ne va absolument rien changer à ma pratique du trail.

Pour ma part je m’en fou pas mal. Si je n’arrive pas à obtenir mes points pour l’UTMB, je ne m’y inscrirai pas. Si on me refile un T-shirt EDF à la fin d’une course, je ne le porterai pas. Si j’ai le choix entre une course victime du naming et une autre encore vierge, je n’hésiterai pas (je l’ai d’ailleurs récemment fait en préférant 12 Labours of Hercule au lieu de Carphone Warehouse Race to the Stones à cause de Carphone Warehouse ET parce qu’il y a un point UTMB de plus en jeux avec les 12 travaux d’hercule). Dans tout les cas pour moi, ces courses sont l’occasion de rencontrer des nouvelles têtes et de passer un bon moment à la recherche de mes limites.

Je viens de m’inscrire au 100km des Templiers mais je n’en attend aucun autre esprit trail que des coups de bâton dans la gueule…

Pour l’esprit trail, les sorties Off comme celles organisées par le Confrérie des Horizons sont irremplaçables et je regrette beaucoup de ne pas en faire plus dans le genre.

6 commentaires


  1. Bizarre cet article à charge contre Salomon et TNF, surtout que pas mal d erreur et de fausses interprétation, donc voici quelques réponses et éclaircissements :

    1/ Salomon, ses athlètes, et staffs n’ont rien à voir avec le mouvement « NO ITRA », pour cela il suffit de regarder sur la page FB de ce groupe les fondateurs.
    2 / Le Trail de Guerledan a dénoncé les cotisations de l ITRA, tt comme les Citadelles et pas mal d autres organisations (qui ne sont, bien sur, pas toutes en partenariat avec Salomon)
    3 / Salomon fait ses produits en Chine, et donc loin de l esprit trail.. oui, mais comme 96% des chaussures de running (y compris TNF) viennent d Asie du sud est (et aussi la plupart ds poduits que tu porte en courses)
    4 / le trail de Guerledan ne fait pas partie de la cup Salomon, mais Ventoux/Chamonix/ITT/GRP et Serre Chevalier
    5 / il n y a pas de (r) après Salomon ou TNF 😉
    6 / les relations entre Salomon et TNF sont normales, sans conflit, et justement les athlètes Salomon sont souvent sur les courses TNF comme UTMF/UTMB/100M Australie et surtout 50M de San Francisco, à l inverse les coureurs TNF sont aussi sur les courses Salomon comme Transvulcania/Zegama/Chamonix..
    7 / tu parles que Salomon et TNF, comme si c était les deux « diables » qui influence le trail, et qui bloque ses changements, mais quid alors des marques fédérales ? + ne penses tu pas aussi que c est les deux marques (entres autres) qui ont fait le plus pour justement développer le sport ?
    8 / et dernier : L UTMB n est pas organisé par TNF ou Salomon. les deux marques sont des fabricants et distributeurs d article de sport (voir code APE), elles n sont pas organisatrice d événement
    JMK

    Répondre

  2. Merci Vincent (quel rapport avec JMK ?) pour cette contribution très précise et cordiale. Elle mérite donc une réponse dans le même registre.
    1) Sur un éventuel conflit entre Salomon et TNF, je n’ai aucune information mais simplement une question. Peut-être que c’est plus compliqué que cela et que d’autres forces sont en jeu. Je n’ai pas checké les fondateurs de la page Facebook de la page NO ITRA et en plus je suis incapable de dire qui est Salomon et qui est TNF car je ne connait pas tout ce petit monde.
    2) Sur les cotisation de l’ITRA, ce que je veux dire c’est que des organisations qui ont des budgets qui se chiffrent en milliers ou dizaines de milliers d’euros ne doivent pas être à 50/100 euros près ne peuvent pas utiliser cet argument pour créer NO ITRA. Pour les organisateurs très « low budget » (genre « les Belges »), cela peut tout à fait se comprendre mais je crois que ce genre de gars n’en auraient même pas l’idée. Ils n’auraient pas payé et puis c’est tout.
    3) Effectivement je cours en 100% chinois et ça me pose un problème. Je n’ai jamais prétendu le contraire et j’ai même donné le lien vers ma section matos pour pointer cette contradiction.
    4) Si j’ai pensé que Guerlédan faisait partie de la Cup Salomon c’est qu’ils ont un lien vers le site Cup Salomon sur leur page d’accueil. Tut vas peut-être me dire que Salomon n’est pas partenaire de Guerlédan ?
    5) Effectivement, pas de ® derrière Salomon mais sur le site de l’UTMB, ils ont bien un ® derrière UTMB® et ils ont même osé l’abominable « Ultra-Trail® » dans le logo de la page d’accueil « Ultra-Trail® World Tour Series », j’espère que c’est une provocation et qu’ils ne vont pas me faire payer des royalties pour oser parler d’Ultra Trail dans mon blog ? . Le naming et le branding m’énervent pas mal, je suis désolé.
    6) Je ne prétend pas vraiment le contraire, je me pose seulement la question.
    7) Je ne sais pas ce que sont les marques fédérales. J’espère que l’ultra trail a plus été développé par des mouvements comme les Ultrafondus que par ces grandes et belles marques. Je me trompe peut-être mais de toute faon, je n’aime pas le mot « développer ».
    8) Sauf que sur le bazar de Finisher de l’UTMB, il est écrit en grand TNF non ? La distinction entre fabricant et organisateur est spécieuse à mon avis.

    Enfin un mot sur l’introduction de ton commentaire. Tu dois sans doute te demander « d’où » je parle, quelle chapelle je défend ? Si tu relis bien, tu verra que je n’en défend aucune, je suis un pratiquant tout à fait amateur, habitué aux fin de pelotons et ce que j’aime dans le trail c’est l’effort, la souffrance et les rencontres. Et que vivent les Ultrafondus et la Confrérie des Horizons.
    Yann

    Répondre

  3. Merci pour toutes tes réponses, comme tu vois, ce n est pas si simple, mais soit tranquille, c est de même pour les personnes comme moi, qui bosse sur le sujet à plein temps depuis 12 ans.
    pour réponses à tes interrogations : désole, je ne mettais pas présenté : mon nom : faure-vincent / jean-michel (pas vincent), et JMK est mon pseudo sur pas mal de foum trail et le nom de ma mini boite (qui travaille pas mal sur le trail, avec uniquement des collaborateurs « ancien trailer »). Je travaille sur le trail running en tant organisateur de course, co organisateur de la cup salomon depuis sa creation, vice président du skyrunning france, et manager des athletes Salomon en france…
    1 / donc oui, pas de conflits entre les marques TNF ou Salomon, et dans les fondateurs de la page NO ITRA, tu retrouveras ds organisateurs, des journalistes et un representant d’une autre marque (à lui de s identifie)
    2 / payé ou pas, la cotisation à l ITRA pour le classement des coureurs et les points UTMB est le choix de chacun des organisateurs, là comme tu le dis, c est à eux de faire le choix
    3 / comme tous, nous aimerions courir en made in Europe, mais là malheureusement le chemin va être plus long qu un ultra pour revenir en arrière
    4 / Guerledan est bien en partenariat avec Salomon (comme 40 évènements en France), mais ne fait pas partie cette année de la cup. C était juste pour montrer une petit erreur de ta part dans ton post. Et oui, depuis 2003, nous soutenons beaucoup de course, mais c est aussi notre rôle de devoir soutenir le sport (en 2003, je peux te dire, que nous n étions pas beaucoup de marque à soutenir les organisateurs)
    5 / le (r) est uniquement sur les dépôt de nom, comme UTMB(r) ou ultra trail(r) déposé justement par la même société.
    7 / le mouvement est venu à la base par des organisateurs, il y a une vingtaine d année, puis soutenu par des marques, puis par ds mouvements. Tous sont là pour développer le sport et offrir le mieux, mais à ce jour, aucun ne peut exister sans l autres (à moins de revenir radicalement en arriére)
    8 / et oui, mais vu l investissement financier de TNF sur cette course depuis 10 ans, sans la marque, cette course ne ferait surement pas rever autant de coureurs (à tort ou à raison)

    tu sais, avant tt, nous sommes tous des pratiquants, passionné de notre sport, qui essayons de le maintenir dans son propre ADN, et que des drives narrivent pas trop vite.

    JMK

    Répondre

  4. Oui en quelques années le trail est devenu + du business que la course « nature » que c’était à ses débuts. Les marques comme North Face ou Salomon ou Asics en vivent bien. L’UTMB et le cirque qui va autour essaient de maintenir leur statut auto-proclamé de course la plus importante alors qu’il y a un choix de plus en plus grand et des courses de plus en plus dures qui mettent aussi en danger la santé de ceux qui les font (pas sur le coup mais à terme).
    Certaines courses comme la 6000D savent rester telles qu’elles étaient il y a 20 ans. D’autres ont la folie des grandeurs, d’autres tentent de retrouver un esprit de pionniers. Aux participants de choisir à quelle course participer sans croire forcément aux blablas des organisateurs. A propos spécifiquement de l’UTMB, quiconque a vu le pipeau des Poletti en 2010, quand le départ fut donné et la course arrêtée au bout de 30 km avec les bus déjà en place pour ramener les coureurs à Chamonix, sait bien que tout est guidé par le business et pas par le sport. Mais c’est presque obligatoire vue l’ampleur du phénomène..
    En ce qui concerne le matériel, on peut regretter de courir chinois ou vietnamien mais le pb technique est qu’on ne sait plus fabriquer de chaussures actuellement en europe puisqu’on a tout délocalisé. A la limite, le pb principal est + le prix que coûtent maintenant les chaussures « trail » et les baskets de courses..(tiens d’ailleurs connaissez-vous le site wiggle.com un site anglais avec des prix canons sur les marques).

    Répondre

  5. Bonjour c’est Daniel Pertuy, alias rodio, porte-voix du mouvement No Itra devenu Open Trail en suivant. Chacun est libre d’avoir les interprétations qu’il voudra d’un mouvement. On aimerait que les gens se bornent aux faits, mais pour se borner aux faits, il faut faire une enquête, faire oeuvre de journalisme, et bien des gens qui ont une opinion sur un sujet ne prennent évidemment pas ce soin. Jmk, que je connais bien, a répondu pour sa crèmerie, et je confirme Salomon n’a rien à voir là-dedans. Ce mouvement a été spontané, autant qu’il a pu l’être, la plupart des gens voire la quasi-totalité évoluant par intérêt ou parti pris dans cette existence. Il s’est cristallisé autour d’un coup de gueule et refus de l’organisateur du trail de Guerlédan – Patrick Locquet – de payer ce qu’il considère comme une taxe. Une autre mouvance qui s’estime dépossédée d’un procédé (la cotation des courses) est venu faire chorus, il s’agit de Jack Peyrard et Olivier Vitrac. Un autre coureur-organisateur s’est rapidement joint à eux pour exprimer un sentiment de mécontentement d’ordre plus général : Philippe Stano. Ces quatre-là sont les fondateurs du mouvement. Quelques heures après cette fondation à la hussarde, j’ai été contacté par Jack Peyrard. J’ai exprimé mon intention de rester hors des fondations, n’étant ni consommateur, ni organisateur de trail. Je voulais bien en faire partie comme porte-voix, parce que j’aime dire ce que je pense (comme le sait jmk par ailleurs). Des quatre personnes qui ont été citées comme fondatrices, je ne connais que Jack Peyrard. Le sujet des cotations nous réunit. Je suis l’initiateur des cotations en France. De plus je connais l’UTMB pour avoir fait partie de la première édition en tant que consultant-speaker. Voilà des précisions factuelles qui peuvent être utiles à qui lit ce qu’il y a au-dessus. Pour le reste ce n’est qu’un début…

    Répondre

  6. Cette histoire n’est pas finie. Kilian n’a pas ses point pour le prochain UTMB car les ricains ne veulent pas cotiser à l’ITRA : https://ultrarunning.com/headlines/ultrarunning-news/why-we-wont-pay-utmb-itra-and-the-pay-for-points-racket/

    Remarque : avec leurs termes les ricains parlent de l’esprit trail et je ne suis pas sur d’être 100% en phase avec eux. Certes le trail devrait se tenir le plus loin possible des intérêts mercantiles mais en même temps je trouve que c’est bien que ce ne soient pas que quelques happy few qui puissent profiter des entiers…

    Mon point de vue : c’est maladroit d’aller emmerder les américains avec cette cotisation. Personne ne peut contester la présence de Kilian sur la base qu’il n’aurait pas ses points. C’est ridicule.

    PS : j’y serais moi aussi, Kilian va devoir surveiller ses arrières.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *