UltraSpire Isomeric Magnon 20oz (0,6 litres)

Ultraspire isomeric magon pocket
Ultraspire isomeric magnon pocket

Voici une gourde qui se porte dans la main que j’ai acheté chez Off Course à Lille pour mes sorties moyennes (de 1h à 2h) quand il ne fait pas trop chaud et surtout en vue des 6H de Loos. L’idée est de remplir la gourde de temps en temps, d’y ajouter quelques pastilles de sels électrolytes GU Brew et de ne pas perdre de trop de temps au stand.

J’ai failli ne pas l’acheter car elle ne rentre pas dans les poches des bretelles de mon sac Salomon Skin Pro 10+3. mais comme il n’y avait pas mieux en stock chez Off Course, je suis quand même ressorti avec et voici mes test et avis.

Conseils d’utilisation.

  • Orienter le bouchon vers la sangle de maintien de manière à ce qu’elle soit tournée vers le haut.
  • Ne pas tenir la bouteille dans la main, laisser ses doigts détendus. L’idée est de ne pas contracter inutilement les mains et les avant bras en se crispant sur la bouteille. c’est un des grands intérêts du système.
  • Passer le pouce dans l’ouverture de la sangle pour que la gourde ne puisse pas glisser.
  • Porter la bouteille très haut pour boire de manière à ce que le liquide descende tout seul.

Test sur le terrain.

Je viens de tenter de courir les 6H de Loos avec cette bouteille et même si j’ai abandonné après 3 heures et 29 kilomètres ça m’aura au moins permis de bien tester la gourde en conditions réelles.

  • Malheureusement, le système de valve laisse passer l’eau lorsque l’on coure et qu’elle est en position ouverte. Heureusement, ma manière de la tenir fait qu’elle reste assez bien orientée vers la haut et qu’il peut donc rester ouvert la plupart du temps.
  • En course, le bouchon est assez facile à ouvrir avec les dents mais c’est glissant quand on essaie avec les mains. Un système avec plus de prise serait préférable.
  • La bouteille se remplis facilement, le grand bouchon se revisse sans peine.
  • J’ai beaucoup de doutes sur l’étanchéité réelle de la petite poche pour les sels électrolytes mais aujourd’hui (pas de pluie, 3h d’utilisation) elle a très bien rempli son effet et mes pastilles de sels ont été bien protégée et ne se sont pas délitées.
  • Très agréable à utiliser, on peut parfaitement oublier qu’elle est là quand on n’a pas soif.

Mon avis.

Bon ben finalement je suis très content de cette gourde de main. Très pratique à utiliser en course et bien plus adaptée qu’un sac d’hydratation pour des sorties où on n’a pas besoin de plus d’un demi litre d’eau.

Spécifications

Quelques informations grappillées sur les nombreuses étiquettes de la gourde et complétées par des trucs trouvé sur le site du fabriquant :

  • Polarity système. Il s’agit d’un assez puissant aimant situé au fond de la bouteille. Le baratin qui accompagne cette trouvaille est assez incompréhensible (aide à stocker et à retrouver la bouteille dans son sac ?) et d’après eux, de même que les eaux de sources qui jaillissent de la montagne sont naturellement aimantées, cela ne peut pas faire de mal d’aimanter l’eau dans la bouteille. Il ne faut pas que ma femme sache que j’ai acheté ça car sinon elle va me faire enfermer…
  • Il n’est pas recommande de mettre la bouteille au congélateur.
  • Sans bisphénol A. C’est bien le moins que l’on puisse attendre non ?
  • Système de pipette qui ne fuit pas même quand elle est en position ouverte. Le bouchon de la gourde se tourne pour ouvrir l’arrivée de l’eau.
  • Laver à la main (ne pas mettre dans le lave vaisselle la bouteille ni ne tissus dans la machine à laver).
  • Forme de bouteille ergonomique avec livraison de l’eau assisté par la gravité (wooa le concept de la mort).
  • Petite poche à clef fermée par un autre aimant. A l’épreuve de la sueur (sticker : sweat proof magnon electrolyte pocket) censée permettre de contenir au sec quelques pastilles de sels électrolytes (genre GU brew).
  • Petite poche en mesh pour emporter des gels énergétiques.
  • UltraSpire fait attention à utiliser des matériaux qui permettent de garder le goût de l’eau et de ne pas le dénaturer.

La vidéo ci dessous présente des aspect de ce truc que je n’aurais pas imaginé comme la façon de tenir la bouteille pour boire, l’existence d’un filet isolant entre la main et la gourde et la possibilité de s’essuyer le visage avec le dos de la main.

2 commentaires


  1. Que s’est-il passé au 6 heures de Loos ? Ton arrêt après 3h était prévu ou pas ? J’espère que tu n’es pas blessé ou quoi …
    J’ai jamais fait de course sur circuit mais c’est pas le genre de truc qui pourrait m’attirer…

    Répondre

  2. Je comprend ton aversion pour ce genre de course mais c’était vraiment sympa. 3H ce n’était pas du tout prévu mais comme mon marathon de la semaine passée m’avait pas mal esquinté j’ai préféré la jouer en sécurité et je ne me suis pas du tout obstiné.
    J’en ai profité pour soigner mes jambes et je suis partant pour de nouveaux ultra dans les semaines qui arrivent.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *